Lorsque les bénévoles de la Société Verviétoise de Protection des Animaux ont vu arriver Noisette, ils ne se doutaient sans doute pas de son histoire.

Ce week-end, des Verviétois bien attentionnés se sont en effet présentés au refuge de la SVPA accompagné d’une chatte dans un très piteux état.. "Elle était couchée et attendait son heure", explique-t-on à la SVPA.

Puce électronique

"Elle était très affaiblie mais gardant confiance en l’humain, elle s’est laissée prendre dans les bras et amenée sans broncher au refuge, ronronnant sans relâche pour remercier les personnes qui avaient croisé son chemin. Enfin des personnes qui se souciaient d’elle après ces longs moments d’errance ! Elle n’avait que la peau sur les os, elle était déshydratée, affamée et sa fourrure n’était qu’un amas de nœuds mais elle est bien vivante…".

Les bénévoles se sont évidemment coupés en quatre pour venir en aide à cette petite miraculée.

"Qui sait ce qu’elle a vécu jusqu’ici", s’interrogeaient les bénévoles qui ont très vite vu que la chatte portait une puce électronique. Celle-ci a permis de mettre en lumière quelques informations pour le moins incroyables. En effet, Il s’est avéré que Noisette (c’est son nom) avait été portée disparue à Herstal en 2018.

Elle a donc survécu trois ans dans la nature, on ne sait trop comment. "Comment a-t-elle tenu tous ces longs mois ? Personne ne le saura jamais… Son petit corps meurtri est en tout cas le témoin des difficultés qu’elle a dû affronter."

"Mais grâce à la puce électronique qu’elle porte dans le cou, nous avons pu retrouver ses maîtres, qui, mis au courant, sont de suite venus la récupérer. Quel bonheur de pouvoir assister à ses retrouvailles. Noisette va enfin retrouver la chaleur d’un foyer et l’amour de ses maîtres".

Moralité selon la SVPA : " On entend souvent des personnes mécontentes quant à l’utilité des puces électroniques chez les chiens et chats. Que ce n’est pas nécessaire, que l’animal ne sort pas et qu’il n’en a donc pas besoin, que la puce coûte cher pour un chat qui risque à tout moment de se faire écraser… Pourtant, si les puces électroniques n’existaient pas, combien d’animaux seraient définitivement perdus ? Combien ne retrouveraient jamais leur maître ?".