Le couperet est tombé mercredi soir: il n’y aura pas non plus de Cwarmê à Malmedy cette année, crise sanitaire oblige…

Le folklore est une nouvelle fois victime de la crise sanitaire. Les espoirs émis courant 2021 ont finalement été étouffés par une énième vague de contaminations. Après les carnavals d’Eupen, La Calamine, Binche, notamment, ou encore le laetare de Stavelot, c’est au tour du Cwarmê malmédien (26 février-1er mars) de passer à la trappe. L’annonce officielle a été faite mercredi soir, une fois la décision prise. "Les représentants des sociétés folkloriques, du syndicat d’initiative, de la police et de la Ville de Malmedy se sont réunis comme convenu ce mercredi soir suite à la tenue du denier Codeco. Les participants ont pris acte de l’impossibilité d’organisation du carnaval de Malmedy. Dès lors, il a été décidé d’annuler l’édition 2022 du Cwarmê, dans son entièreté", soulignaient ainsi les différentes parties.

«Assis comme des malheureux»

"On a vraiment attendu la dernière minute. Moi, jusqu’à la semaine passée, je croyais qu’une version light serait possible. Mais quand j’ai pris connaissance du baromètre corona, vendredi, tout en voyant le nombre de contaminations exploser à Malmedy, j’ai su que ce ne serait pas possible", commente France Derefat, présidente de la Mesnie de la Haguète, une des sociétés organisatrices. Pour l’édition 2021, l’annulation avait été décrétée dès octobre 2020.

C’était évidemment "une décision difficile à prendre" pour tous. "Juste après la réunion, on est resté assis comme des malheureux, à boire notre bière…"

D’autant plus qu’au sein de la Mesnie, comme des autres sociétés, les préparatifs étaient déjà bien entamés. "Même si chez nous, le char est toujours fait à la dernière minute, donc n’était pas encore entamé. Par contre, les costumes du samedi et les chapeaux, oui… On a maintenant un an pour les terminer. A priori, notre thème ne changera pas."

Le Trouv’lê malchanceux, à savoir Fabian Marichal de La Malmédienne, ne se voit quant à lui pas flouer puisqu’il conserve son rôle tant que deux Cwarmê effectifs n’ont pas été vécus.

Bourgmestre de Malmedy, Jean-Paul Bastin (Alternative) résume les raisons de l’annulation: "La version light ne pouvait s’envisager que si le Codeco allégeait les mesures, ce qui n’a pas été le cas. Deuxièmement, dès lors que nous aurions été le seul carnaval à organiser officiellement quelque chose, c’était la porte ouverte à un immense rassemblement de carnavalistes de la province – la police avait des inquiétudes… Troisièmement, les sociétés ont fait preuve de solidarité: il était hors de question que certaines aient un événement et d’autres non. Enfin, notre carnaval ne devait pas être dénaturé. Il faut le respecter, en être dignes."

Si les voisins de Stavelot songent à un cortège le 15 mai, les Malmédiens non. "On ne peut pas mettre le Cwarmê au congélateur puis le ressortir trois mois plus tard. Chez nous, le carnaval ne se résume pas à un cortège, comme dans d’autres communes. Il y a les Jeudis gras, les rôles, le samedi, le mardi… La réflexion doit encore mûrir mais nous ne dirons pas: “Le carnaval 2022 est annulé, nous faisons un cortège l’été.”"

Sur Facebook, on a pu lire: "Les représentants des sociétés folkloriques, du Syndicat d’initiative, de la police et de la Ville de Malmedy se sont réunis comme convenu ce mercredi soir suite à la tenue du denier Codeco. Les participants ont pris acte de l’impossibilité d’organisation du carnaval de Malmedy. Dès lors, il a été décidé d’annuler l’édition 2022 du Cwarmê, dans son entièreté."