Un Disonais âgé de 28 ans a été condamné mardi par la cour d'appel de Liège à une peine de 4 ans de prison avec sursis pour le surplus de la détention préventive après avoir commis des faits d'attentats à la pudeur et de coups sur deux jeunes femmes. La peine prononcée contre lui en première instance a été aggravée. En octobre 2019, deux jeunes femmes âgées de 20 et 21 ans avaient déposé plainte contre le prévenu en exposant avoir été séquestrées et forcées à entretenir des relations sexuelles non-consenties avec le prévenu entre août et octobre 2019.

Le prévenu entretenait une relation conjugale avec la plaignante âgée de 21 ans. Le couple avait accueilli chez lui la seconde plaignante âgée de 20 ans, alors que celle-ci était en situation de fugue. Les deux jeunes femmes avaient alors entretenu une liaison, découverte par le prévenu.

Le 9 octobre 2019, le prévenu avait abusé de la jeune femme âgée de 20 ans en la forçant à une relation sexuelle. Les deux jeunes femmes avaient dénoncé les faits et exposé que le prévenu leur portait des coups et les séquestrait. La compagne du prévenu affirmait aussi avoir été obligée à entretenir quotidiennement des relations sexuelles sous la contrainte.

Le prévenu avait été acquitté par le tribunal correctionnel de Verviers pour les faits de viols sur sa compagne et pour la séquestration des deux victimes. Il avait été condamné pour attentats à la pudeur et pour coups à une peine de 30 mois de prison avec sursis pour le surplus de la détention préventive.

La cour d'appel a confirmé la culpabilité du prévenu pour les mêmes préventions mais a porté la peine à 4 ans de prison avec sursis pour le surplus de la détention préventive.