L'opposition communale demande à ce que Verviers se porte partie civile dans ce dossier, mais la majorité, qui se dit "profondément choquée par l'importance des montants des indemnités annoncées par la presse comme ayant été touchées par les anciens dirigeants de Nethys", souhaite disposer d'un rapport et d'une analyse juridique avant de se prononcer.

La majorité communale verviétoise a tenu à s'exprimer " sur la question des indemnités annoncées par la presse comme ayant été touchées par les anciens dirigeants de Nethys", ont indiqué la bourgmestre Muriel Targnion (PS) et les échevins Maxime Degey (MR) et Jean-François Chefneux (Nouveau Verviers). " La majorité communale est profondément choquée par l’importance des montants. Nous tenons à souligner que personne dans notre majorité n’était au courant et n’a cautionné de telles sommes", ont-ils ajouté.

L'opposition communale, tant le CDH, Ecolo et le PTB, ont pour leur part déposé des points à l'ordre du jour du prochain conseil communal, qui aura lieu ce lundi 25 novembre, afin que Verviers se porte partie civile dans ce dossier. Du côté de la majorité, on se dit "pas contre le principe de se porter partie civile mais, pour nous prononcer, nous souhaitons demander à pouvoir disposer du rapport juridique commandé par le groupe Enodia/Nethys et solliciter une brève analyse juridique afin de savoir si la Ville de Verviers, par son statut au sein d’Enodia, a subi un préjudice. Toutefois nous sommes soucieux de la préservation des intérêt publics de tous les associés du groupe. De ce fait, la majorité prendra, après avoir pris connaissance de ces deux rapports juridiques, toutes les dispositions utiles pour que toute somme qui aurait été perçue illégalement par les anciens membres du management soit restituée, et ce, par toute voie légale", ont indiqué Muriel Targnion, Maxime Degey et Jean-François Chefneux. Affaire à suivre....