Verviers Commémoration prévue ce mercredi pour le 12e de Liège Prince Léopold 13e de Ligne

C’était en 1969, le Bataillon du 12e de Ligne Prince Léopold - 13e de Ligne posait son baluchon à Spa… un demi-siècle plus tard, il fait plus que jamais partie du décor de la cité thermale. Pour célébrer cet anniversaire important, une cérémonie aura lieu ce mercredi 19 juin, au cœur de la ville (lire ci-contre).

En marge des festivités prévues, l’adjudant Julien Dumont, chargé des relations publiques pour le bataillon, nous éclaire sur le "quotidien" d’une caserne… Le 12e de Ligne Prince Léopold - 13e de Ligne, c’est donc un bataillon d’infanterie, "c’est-à-dire composé de fantassins", nous explique l’adjudant. "C’est une unité de combat de soldats à pied qui, à l’époque de Napoléon était appuyée par l’artillerie et la cavalerie, en débordement souvent". Les combattants par excellence en quelque sorte...

Avant 1969, c’est à Lüdenscheid (à l’Est de Dusseldorf) que se situait le bataillon qui compte aujourd’hui 576 militaires, toutes compagnies comprises. Mais pourquoi ce déménagement ? "Les raisons sont souvent d’ordre géopolitique et, à l’époque, il y avait la menace à l’est", poursuit l’adjudant. On aurait pu assister à un retour à Liège (à la Chartreuse) mais les possibilités à Spa, ville de garnison, semblaient plus propices à ce retour en terres liégeoises.

Si le bataillon fait aujourd’hui partie du décor spadois, peu de gens savent toutefois ce qui se "trame" derrière les grilles de la caserne. "En 50 ans, le 12e de Ligne a déjà participé à nombre de missions comme le Congo, la Corée, le Rwanda, l’ex-Yougoslavie ou encore le Liban et le Mali", précise l’adjudant, "notre mission première n’est pas l’humanitaire mais cet aspect est toujours présent. En fait, il s’agit plus souvent de maintien de la paix. La Belgique est d’ailleurs réputée pour cet aspect du travail militaire". La prochaine "sortie" est quant à elle prévue mi-juillet, en Afghanistan. Nous n’en saurons pas plus, "secret défense".

Les militaires ne vivent pas en mission permanente bien sûr et, au quotidien, il y a un devoir d’entretien, de soi mais aussi du savoir-faire, de l’armement, de la transmission… "Et puis il y a aussi les manoeuvres, avec de la mise en situation, en Belgique et à l’étranger". Sans oublier les activités protocolaires et la représentation, comme ce mercredi… N’hésitez pas à vous y rendre, plus de 200 hommes seront déployés dans le parc de 7 Heures.