Le parquet a requis une peine de 10 ans de prison ferme et une mise à disposition du tribunal d’application des peines à l’encontre de Jean, un récidiviste qui doit répondre d’attentats à la pudeur et de viols sur trois jeunes filles, dont une déficiente mentale. L’homme, qui se trouve en état de récidive légale, aurait commis ces faits entre 2016 et 2017. Jean a vécu dans un camping de Banneux. Lors d’une nuit d’hiver de 2016, un voisin lui a confié sa fillette, une jeune fille qui souffre de déficience mentale. 

Le père n’avait pas de chauffage dans sa caravane et a demandé à Jean de laisser sa fille dormir chez lui parce qu’il faisait trop froid à son domicile. Lorsque le père est revenu le lendemain pour rechercher sa fillette, cette dernière était à moitié nue. Elle était terrifiée. Elle a expliqué et mimé le fait que Jean l’avait sodomisée de force et l’avait forcée à lui faire une fellation. Jean devait également répondre d’attentats à la pudeur et de viols commis sur les deux fillettes d’une de ses compagnes. En 2017, la mère des enfants a décidé de quitter Jean car ce dernier aurait eu des problèmes d’alcool et de fréquentations. Alors qu’elle se trouvait à l’arrêt de bus avec ses deux filles, l’une de celle-ci a demandé à sa mère si elle comptait se remettre en couple avec Jean. 

La mère a répondu que si il changeait, elle se remettrait peut-être en couple avec lui. Les fillettes ont alors fondu en larmes et expliqué qu’elles avaient été victimes d’abus de la part de leur beau-père. Ce dernier commettait les faits à leur domicile, mais aussi dans les bois lors des promenades avec le chien. Des témoins ont expliqué que l’intéressé avait les mains baladeuses, notamment lorsqu’il avait bu et qu’il regardait avec insistances "les gamines du camping." Jean ne s’est pas présenté à l’audience pour s’expliquer. Le jugement sera rendu en février prochain.