Après la tentative avortée du PS de retirer la "motion Istasse" lors d'un conseil communal extraordinaire convoqué le 14 avril dernier, on savait que le projet de nouvelle majorité reposait sur des pieds instables.

Depuis le début, le PS local est divisé entre d'une part, ceux qui soutiennent la solution "Malik Ben Achour" comme futur bourgmestre (3e score), et ceux qui soutiennent Hasan Aydin (2e score), écarté du mayorat.

Une nouvelle réunion a eu lieu ce samedi après-midi, entre le président de l'USC verviétois Pierre Demolin, et l'échevin Antoine Lukoki et la conseillère Chimaine Nangi, qui étaient amenés à devenir échevins dans le nouveau pacte de majorité. Finalement, selon nos confrères de la RTBF, ils ont répondu ne pas vouloir apposer leur signature sur ce fameux pacte.

Ceux-ci n'auraient pas voulu voter une motion contre leur camarade Hasan Aydin. La solution n'est pas non plus soutenue par les conseillers Saïd Naji et Anass Gallas.

Par ce choix, le PS n'ayant pas les 7 signatures nécessaires, c'est donc l'ensemble du projet de majorité négocié depuis des mois qui s'écroule comme un château de cartes.

Ce lundi soir, le conseil communal doit se réunir pour une séance par visioconférence avec notamment à l'ordre du jour le retrait - reporté - de la "motion Istasse". L'ambiance s'annonce tendue.

[Plus d'informations dans notre édition de ce lundi 26 avril]