Un conseil communal extraordinaire était convoqué ce mercredi soir en présentiel au Centre culturel de Verviers, sans la présence du public - pour raisons sanitaires - afin de débattre du seul point à l’ordre du jour : le retrait de la motion mixte.

Celle-ci avait permis d’installer Jean-François Istasse (7e score) bourgmestre lors du conseil du 21 septembre, avant une suspension par le Conseil d’État, qui doit encore remettre son jugement en annulation. Mais pas question pour les partenaires de la future majorité (PS-MR-CDH-NV) d’attendre "pour sortir le plus rapidement de cette crise". Ceux-ci souhaitent retirer la motion litigieuse et ainsi "mettre fin sans plus tarder à un contentieux juridictionnel dont l’issue paraît inéluctablement en défaveur de nos institutions".

D’entrée de jeu, la présidente du conseil communal Stéphanie Cortisse (MR) a jugé qu’il aurait été "plus raisonnable" que le conseil se réunisse "virtuellement au vu de l’obligation de télétravailler".

B ien que certains ont excusé leur absence pour cause de maladie ou quarantaine, pour le candidat bourgmestre Malik Ben Achour il s’agit là de manœuvres "pour permettre à certains de se soustraire à leur responsabilité alors que les Verviétois n’attendent qu’une chose : que la ville soit gérée". "Pendant que certains travaillent à construire des solutions, d’autres complotent…"

La bourgmestre Muriel Targnion - qui a désigné Maxime Degey comme f.f.- de même que le président de CPAS Hasan Aydin, et les échevins Alexandre Loffet, Freddy Breuwer, et Antoine Lukoki étaient ainsi absents de la séance, alors même que les quatre premiers avaient voté en collège la séance en présentiel.

Quorum atteint

On citera également l’absence des conseillers Said Naji, Anass Galass, Laurie Maréchal, Chimaine Nangi, Bruno Berrendorf et Irène Dederichs. Si le quorum de présence était atteint avec 26 élus, il n’aura pas suffi à Malik Ben Achour (qui a besoin de 19 voix minimum) pour faire voter le retrait de la motion. Et de demander le report du point au conseil communal du 26 avril.

Un report vivement critiqué par l’opposition Ecolo "qui reflète les conflits qui existent dans l’actuelle majorité et perdure dans la future majorité" a critiqué Daniel Smeets. "Pourquoi nous faire venir si on ne vote pas ?" a fustigé de son côté Sébastien Mahu. Pour le PTB, c’est un "cirque" qui n’a que trop duré.

La séance s’est finalement clôturée par le vote du report de la motion à 19 voix pour et 7 contre.