L’ASBL "Les Services de l’apem-t21" rassemble douze services répartis sur quatre sites avec pour objectif d’apporter un accompagnement aux personnes avec une trisomie 21, de la naissance à la fin de vie.

Sur le site de La Glanée, où se trouve son service résidentiel pour adultes, avenue du Chêne à Heusy, l’ASBL prévoit d’y rénover l’enceinte dans le cadre d’une sécurisation et d’un réaménagement du parc pour ses résidents, avec des parcours sensoriels, terrains sportifs… "On a eu un soutien financier important du Rotary et d’autres associations", relate le directeur Xavier Rainotte. "Au départ, le projet était de détruire le mur qui tombait en ruine pour en reconstruire un nouveau, de 80 cm, qui ne nécessitait pas de permis d’urbanisme."

30 000 euros de plus

Mais c’était sans compter sur l’intervention de la Ville de Verviers et de son échevin de l’Urbanisme Freddy Breuwer qui a signalé le classement de la grille au Petit patrimoine populaire wallon. "En tant que Verviétois, je suis sensible au patrimoine mais restaurer ce mur allait nous coûter 30 000 euros de plus. Nous ne pouvons pas nous le permettre", justifie le directeur.

Après plusieurs discussions, un accord a été trouvé entre l’ASBL propriétaire et la Ville. "L’idée est de faire passer cette différence de coût via des charges d’urbanisme d’un projet à venir à proximité", explique l’échevin Freddy Breuwer. S’il ne voyait pas le jour, les frais de restauration du mur et de la grille seront repris à charge de la Ville. Un engagement qui s’est vu couler par la signature d’une convention, avec inscription aux modifications budgétaires de 2020, malgré les réticences de certains élus.

Lors du dernier conseil communal du 19 octobre, les élus ont voté à 20 pour la signature de cette convention et 16 abstentions. Parmi ces dernières, on retrouve Ecolo qui s’est dit favorable à la préservation du patrimoine, "mais le timing n’est pas bon". Le PS s’est également abstenu, avec la crainte de "lier le sauvetage de ces grilles à un futur projet d’urbanisme dont on ne connaît rien et d’en être l’otage", a exprimé le conseiller communal PS Malik Ben Achour.

Aude Quinet