Pourra-t-on bientôt voir la fin de privatisation du parking payant à Verviers ? C’est la question que l’on posait début septembre suite à la nouvelle avancée dans le dossier de résiliation anticipée de la convention liant la Ville de Verviers à la société privée Indigo pour la gestion du stationnement. Le dossier "est aujourd’hui prêt", indiquait le désormais ex-échevin des Finances Alexandre Loffet dans un communiqué. "Les analyses juridiques reçues confirment que le cahier spécial des charges permet à la Ville de résilier la concession, à tout moment moyennant un préavis de 6 mois et le rachat au concessionnaire des investissements et du matériel du concessionnaire à leur valeur comptable résiduelle", expliquait-il. "Il est également établi que l’application de cette clause n’est en rien contraire au contrat en cours".

Le coût de rachat des équipements, s’il devait intervenir ce jour, est estimé à 618 000 euros. La Ville aurait 6 mois pour procéder au recrutement d’agents communaux pour assurer la reprise du contrôle du stationnement par le service public.

Une motion

Depuis des années le PTB Verviers lutte pour la gratuité de stationnement et le retour à un parking sous gestion publique. Lors du conseil communal du 29 juin dernier, le chef de groupe László Schonbrodt avait demandé au collège de s’engager à rompre le contrat par le vote d’une motion en ce sens. "Nous avions accepté de la reporter en septembre pour laisser le temps à la majorité d’être prête", a-t-il rappelé. La motion est donc revenue sur la table ce lundi, tandis qu’une pétition en ligne en ligne est en cours (217 signatures). "Le retour à un parking gratuit géré par le public est un premier pas pour soulager le portefeuille des Verviétois et sauver nos commerçants qui souffrent de la crise sanitaire".

Le chef de groupe s’est dit déçu de la réponse faite par l’échevin Maxime Degey (MR) : "Je constate un recul par rapport à la précédente majorité". Pour l’échevin, en effet, "il est trop tôt pour donner une satisfaction", la mesure ayant un impact important sur le budget de la ville déjà fort sollicité par les travaux. La motion a été rejetée par le conseil à 24 voix contre, 8 pour (dont Muriel Targnion et Alexandre Loffet) et 4 abstentions d’Ecolo.