Il y a trois siècles vivait à Ensival un certain Jacques Brasy. C’est ce personnage qui a laissé son nom à la rue du Trou Brasy, au sud d’Ensival, à Verviers. Mais trêve de souvenirs, cette voirie continue d’évoluer aujourd’hui.

En effet, après la délivrance, à l’été 2019, d’un permis de lotissement pour vingt maisons, des travaux de voiries ont été effectués en 2020. La société Batico vient de recevoir le feu vert pour la construction de sept maisons. Le chantier va donc pouvoir commencer : les terrassements démarrent cette semaine, et les maçons entreront en action dès le 26 avril.

Attirer de nouveaux habitants en Cité lainière

De quoi aider la Ville de Verviers à atteindre son objectif : attirer 500 nouveaux habitants par an sur son territoire. "Nous sommes heureux de pouvoir concrétiser ce nouveau projet de maisons semi-jointives, organisées en deux groupes, l’un de trois maisons et l’autre de quatre maisons. Les premières maisons seront disponibles en octobre 2022. Situé à quelques centaines de mètres du centre d’Ensival et de tous les services, écoles, magasins, arrêts de bus, ce projet est emblématique de la revitalisation de Verviers, tout comme nos autres projets en cours à Stembert, Petit-Rechain et Heusy", évoque Georges Corman, dirigeant de Batico.

"C’est le genre de projets que Verviers accueille favorablement", confirme Freddy Breuwer (MR), l’Échevin du Développement territorial à Verviers. L’objectif étant de soigner l’attractivité de Verviers, notamment en boostant l’habitat pensé dans une optique d’économie d’énergie.

"Toutes les prévisions démographiques indiquent une forte croissance des besoins en logements en Wallonie. Verviers compte actuellement 55.000 habitants. La ville doit absolument capter cette augmentation et viser une croissance de l’ordre de 15 % à l’horizon 2035-2040. Cela veut dire plus de 500 nouveaux habitants par an, ce que confirmera le Schéma de Développement local qui sera approuvé dans quelques mois", ajoute Freddy Breuwer.

Sur le plan formel, ces nouvelles maisons seront "contemporaines dans le choix des matériaux, alternant l’aluminium foncé, la brique claire, et le bois prégrisé, une solution pratique, car ne nécessitant que très peu d’entretien et dont la teinte reste uniforme dans le temps", relève Christophe Bohn, architecte du projet.

L’isolation des toitures prévoit une couche de 30 cm de cellulose. "Ce matériau présente une très bonne valeur d’isolation tout en étant écologique, puisque sa fabrication se fait entièrement sur base de recyclage de papiers journaux", concluent les porteurs de ce projet.

Lu. D.