Le Palais de Justice est composé de quatre ailes, dont trois datent de la deuxième moitié du XIXe siècle. La quatrième aile est une extension construite par après et inaugurée en 1996. En raison de problèmes de vétusté et de stabilité, le bâtiment (pastillé depuis 1984) nécessite des rénovations. L’aile P. Janson est la plus touchée.

En juin 2020, suite à une étude complète effectuée par la Régie des Bâtiments en septembre 2019, les quatre salles d’audiences de l’aile Paul Janson ont été fermées pour des raisons de sécurité. En attendant, la Régie a mis à disposition du SPF Justice deux autres salles d’audience de remplacement, ainsi que deux chambres du conseil dans un bâtiment situé à 500 mètres du Palais (Crapaurue 133).

Fin septembre 2019, à la suite d’une nouvelle étude réalisée, il a été décidé de fermer également les bureaux de cette aile par mesure de précaution. Le peu de personnel qui y travaillait encore a été relogé au quatrième étage de l’extension.

Un projet de rénovation

En septembre 2020, un étançonnement et une stabilisation de la façade de l’aile Janson ont été réalisés afin de soutenir et de protéger celle-ci. Entre octobre et novembre 2020, ce sont les six chapelles et cheminées de l’aile Janson qui ont été démontées afin de les protéger durant les travaux.

"Maintenant que ces premiers travaux de sécurisation sont terminés, la toiture et les planchers du deuxième étage de l’aile P. Janson vont pouvoir être totalement démontés. Le début de ces travaux est prévu dans le courant du 1er trimestre 2021", précise la Régie des Bâtiments.

Depuis 2013, cette dernière travaille à un projet de rénovation décliné en plusieurs phases. L’objectif est de regrouper les services judiciaires de Verviers dans l’ancien Palais, son extension et le nouveau bâtiment construit dans la même rue. Bientôt, le Palais (et son extension) va être vidé de ses activités pour permettre les travaux de rénovation, notamment ses façades et son toit.

Depuis janvier, en concertation avec la Justice, la Régie des Bâtiments a commencé une prospection, à laquelle participe la Ville, afin de trouver un bâtiment pouvant accueillir les services de la Justice pendant les travaux.

Une justice à Verviers

"Il y a plusieurs pistes : des bâtiments communaux, des modules à installer sur un terrain…", explique l’échevin des Travaux Maxime Degey, qui craint que ce déménagement ne favorise une délocalisation de services judiciaires vers d’autres villes (Liège, Huy…). "On entend des bruits sur le fait que certains services pourraient quitter Verviers, nous nous battrons contre. Verviers doit rester un arrondissement judiciaire !", dit-il. "L’activité judiciaire est nécessaire pour l’attractivité de la ville."