Verviers

Il s’agit aussi d’une mise en conformité de la partie “Est” de la piste.

Nous l’évoquions cet été, le permis d’exploitation de l’aérodrome de Spa arrivait à échéance, le 30 juin 2019… raison pour laquelle la Sowaer avait introduit une demande de renouvellement, pour 20 ans, du permis unique pour l’exploitation du site de la Sauvenière.

L’enquête publique a duré 3 mois et, cet été, les fonctionnaires technique et délégué de la Région devaient remettre leur avis. Après une période d’analyse du dossier prolongée d’un mois, cet avis fut rendu ce lundi 9 septembre. Il est positif. Concrètement, le permis a en effet été accordé, pour une nouvelle durée de 20 ans, ce qui assure le maintien de l’activité de cet aérodrome.

On le sait toutefois, la question du survol des zones de captage de l’usine Spadel et les risques engendrés étaient au cœur du dossier. Si globalement les activités de l’aéroport respectaient les prescrits (pas plus de 25.000 mouvements par an, impact sonore limité,…), une mise en conformité au niveau de la récolte des “eaux” était d’ailleurs recommandée dans l’étude d’incidences. Cette recommandation semble bien avoir été suivie.

Outre le maintien de l’activité de l’aéroport en effet, le permis unique est officiellement accordé pour “la mise en conformité de la partie “Est” de la piste (ceinturée de rigoles pour la récolte des eaux de ruissellement)” ainsi que pour “l’installation d’un séparateur d’hydrocarbures et un débourbeur avant rejet dans le Soyeuruy”. Sans oublier “l’imperméabilisation et l’installation d’un séparateur d’hydrocarbures au niveau du stationnement “parking Sunset S-0” (Parking P1) et de l’aire de stationnement des aéronefs et des véhicules automobiles”.

Situé sur les hauteurs de Spa, à quelques kilomètres du circuit de Francorchamps, l’aérodrome de Spa-La Sauvenière est dévolu à de l’aviation de tourisme et à du parachutisme. Depuis de nombreuses années, son exploitation fait craindre le pire au groupe Spadel, puisque les avions survolent les zones de captage. En 2013, l’aérodrome avait d’ailleurs fermé plusieurs mois, avant de rouvrir suite à une décision de justice.

Ce nouveau permis d’exploitation répond donc à certaines craintes émises par le groupe Spadel, au niveau de l’infrastructure du moins.