Verviers

Jugement le 27 juin prochain

Le procureur du Roi d'Eupen a requis lundi, devant le tribunal correctionnel d'Eupen, jusqu'à six ans de prison à l'encontre de six hommes originaires des pays de l'Est suspectés d'avoir commis divers vols et braquages. Deux jeunes hommes, nés en 1991 et 1995, ont comparu lundi. Avec quatre autres individus, il sont prévenus de plusieurs vols, tentatives de vol et braquages.

Le suspect principal est poursuivi pour deux braquages, sept cambriolages, deux tentatives de cambriolage et est en récidive légale. Il est notamment suspecté d'avoir, avec un autre prévenu, volé une dizaine de pneus au détriment d'un garage à Lontzen, d'avoir commis un braquage dans un bureau de paris à Lontzen, un autre dans une boulangerie à Bütgenbach ou encore de s'être introduit par effraction au Dellhaize de Welkenraedt, où un butin de plus de 14.000 euros a été emporté. Il aurait aussi sévi chez un joaillier eupenois où 44 pièces ont été volées pour un montant avoisinant les 50.000 euros.

Ils sont également suspectés d'avoir volé plusieurs véhicules, des clés ainsi que des documents de bord au détriment de deux garages à Eupen.

Les deux prévenus présents à l'audience sont en aveux pour certains faits, mais ils en nient une grande partie.

Le procureur a requis des peines de deux et six ans de prison, ainsi que des amendes respectives de 400 et 600 euros. La plupart des faits ont été commis dans lieux biens connus par l'un d'eux et les préventions sont établies à suffisance, selon le ministère public. "Il a volé une camionnette au 3R, là où il a effectué des heures de travail d'intérêt général, une proche travaillait à la boulangerie braquée, le joaillier est un de ses voisins..."

Trois autres suspects risquent également une peine de deux ans et 600 euros d'amende. Pour le recel de l'un des véhicules volés, le sixième prévenu encourt 3 mois de prison et 300 euros d'amende.

Les avocats de la défense ont réclamé l'acquittement pour les préventions pour lesquelles il n'y a pas suffisamment de preuves. L'avocat du principal suspect a plaidé en faveur d'une peine de travail et à titre subsidiaire pour un sursis probatoire. Le conseil du second a demandé son acquittement.

Jugement le 27 juin.