Le parquet de Verviers a requis mercredi devant le tribunal correctionnel une peine de quatre ans de prison ferme à l'encontre d'un Verviétois de 23 ans poursuivi pour traitements inhumains envers sa compagne en date du 22 juin 2019. Le jeune homme s'était emparé, lors d'une dispute, d'un câble électrique pour la fouetter. Le jour des faits, le Verviétois était passé au domicile de sa compagne afin de passer une soirée en famille, le couple ayant deux enfants: l'un âgé d'un an et l'autre de trois semaines à peine. En cours de soirée, il est parti "chercher du poisson" et sa compagne, qui a dû contacter un ami afin qu'il rentre, a attendu jusque 23 heures avant de le voir revenir.

Une scène assez violente s'est alors déroulée sous les yeux d'une enfant de 10 ans, née d'une première union. Lors de cette querelle, le prévenu s'est emparé d'un câble électrique et a fouetté sa compagne sur divers endroits du corps. Il a expliqué qu'elle l'avait poussé à bout et qu'elle était très pressante depuis la naissance des enfants.

Le lendemain matin, la victime a tenté de fuir son propre appartement par le balcon. Elle a cependant fait une chute et s'est gravement blessée nécessitant l'intervention des secours, à la suite d'un appel des voisins. Le prévenu est également poursuivi pour non-assistance à personne en danger.

Pour ces deux préventions, il risque une peine de quatre ans de prison ferme, le parquet estimant qu'il a méprisé sa compagne. Pour la défense, qui insiste sur le bagage socio-culturel de son client originaire de Guinée, il y a lieu de requalifier les faits en coups et blessures. Me Rodeyns plaide dès lors une peine inférieure et un sursis probatoire.

Le jugement sera rendu le 3 juin.