Un quadragénaire était cité à comparaitre devant le tribunal de Verviers qui lui reproche des attentats à la pudeur commis au préjudice de sa filleule. Les faits ont débuté en 2015 alors que la fillette n'avait que 7 ans. Ils se sont poursuivis jusqu'en 2019 et ce n'est qu'en mars 2020 qu'une plainte a été déposée par la mère de la victime.

"La maman a surpris sa fille de 12 ans sur un site pornographique. Mère et fille ont alors eu une discussion au cours de laquelle l'enfant a révélé avoir subi des attouchements de la part de son parrain", a expliqué le ministère public qui insiste sur le traumatisme subi par la victime qui n'était pas en mesure de verbaliser tout ce qu'elle a vécu. Le prévenu conteste les faits et nie avoir touché la fillette.

"Lors de l'enquête de moralité, on s'est aperçu qu'à plus de 35 ans, il avait été en couple avec une adolescente de 15 ans. Deux autres jeunes femmes, filles de l'une de ses ex-compagnes, ont, elles aussi indiqué avoir subi des attouchements de la part du prévenu", a détaillé le ministère public.

"Si monsieur nie avoir commis ces faits, il faut tout de même reconnaître qu'il a un vrai problème au niveau de sa sexualité. Le matériel informatique saisi révèle des recherches internet assez éloquentes", a ajouté le procureur du Roi qui estime que les faits sont établis et réclame une peine de trois ans de prison.

La défense a plaidé que si une peine devait être prononcée, il fallait l'assortir de mesures probatoires qui permettraient de raccrocher le prévenu à un cadre.

Jugement le 21 janvier.