La semaine dernière, le comité de l'Union socialiste communale avait mandaté Malik Ben Achour pour négocier un accord politique avec le cartel (MR, Nouveau Verviers, CDH) et Ecolo. Le PS et le cartel se sont accordés, restait à obtenir la réponse d’Ecolo. Elle est tombée sous forme de refus ce vendredi. Ecolo a fait savoir qu’il n’entrerait pas dans une solution qui verrait Malik Ben Achour bourgmestre car elle "n'offrirait pas les garanties suffisantes d'une motion conforme".

Sans surprise, les quatre autres partis, qui se sont réunis cet après-midi, ont donc décidé de poursuivre ensemble, sans Ecolo.

"Nous avons trouvé un accord qui porte tant sur le projet communal que sur la répartition des compétences", explique Malik Ben Achour qui deviendrait bourgmestre dans ce scénario. "C'est la première fois depuis le 21 septembre que l'on arrive à un schéma majoritaire qui offre des perspectives pour sortir de la crise politique à Verviers".

Reste désormais aux quatre partis de faire valider cet accord auprès de leur instance. Il devra ensuite être présenté au collège puis au conseil communal qui pourrait être convoqué exceptionnellement début avril.

Quant à la répartition des compétences et des échevinats entre les 4 partenaires ? "Il y a une innovation et je réserve cette présentation de la répartition à mes instances", ajoute l'élu.

Si tout est presque bouclé sur papier, il reste toutefois l'inconnue de savoir si Malik Ben Achour obtiendra les 7 signatures nécessaires de ses camarades PS pour faire aboutir cet accord définitivement au conseil communal. "Je n'ose pas imaginer qu'un conseiller communal viendrait empêcher cette solution. Il devra assumer le blocage durable de la ville. Il n'y a pas d'autres alternatives", souligne le potentiel futur bourgmestre qui précise que cet accord ne signifie pas pour lui une victoire personnelle mais "un soulagement personnel, cela été une période extrêmement éprouvante..."