Verviers Les prochaines élections sociales sont un enjeu majeur pour la nouvelle fédération.

Pour la nouvelle fédération CSC Liège-Verviers-Ostbelgien, née de la fusion en janvier dernier de la CSC Liège-Huy-Waremme et de la CSC Verviers-Ostbelgien, l’année qui arrive s’annonce chargée, avec comme point d’orgue les prochaines élections sociales au mois de mai prochain.

Fort désormais de ses 125 000 affiliés, ce qui en fait la Fédération wallonne de la CSC la plus importante , " la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien a acquis une plus grande force de mobilisation et une consolidation de son rôle de contre-pouvoir, commence Jean-Marc Namotte, secrétaire fédéral de la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien, en interne, le pôle liégeois a désormais plus de poids dans les instances de la CSC ". Son adjoint germanophone, Marc Niessen, d’ajouter que les germanophones sont aussi dorénavant mieux placés pour défendre leurs intérêts.

Pour Gaëtan Stas, vice-président de la nouvelle fédération, " les organisations syndicales ont fait l’objet ces derniers temps d’attaques frontales du monde politique qui prend des mesures toujours plus à droite. Il sera important de montrer que, en province de Liège, il y a toujours une volonté de la population de représenter leurs collègues dans les entreprises. Les prochaines élections sociales seront donc capitales ".

Ces élections, qui ont lieu tous les quatre ans, servent à élire les délégués au sein des comités pour la prévention et la protection au travail et des conseils d’entreprise. En province de Liège, la CSC cherchera à "confirmer sa place de numéro un, précise Gaëtan Stas, nous avons des centaines de nouveaux candidats motivés, et notre objectif sera de remettre sur les rails la concertation sociale".

D’ici mai, la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien cherchera à élaborer des listes dans un maximum d’entreprises. Tout en restant évidemment à l’écoute de l’actualité politique des différents niveaux de pouvoir de notre pays…

"Nous serons par exemple attentifs à la concrétisation de mesures sociales et environnementales annoncées dans l’accord du nouveau gouvernement wallon" , conclut Jean-Marc Namotte.