C'est le 1er octobre qu'a démarré la saison de la chasse, pour les grands gibiers notamment. Elle est autorisée jusqu’au 31 décembre.
Mais voilà, cette année, une trentaine de miradors ont été mis à terre sur près de 5000 hectares de forêt, en plusieurs mois. Des actes de vandalisme dont les auteurs sont à chercher chez les "anti-chasse". "Ils scient les miradors en bois à la base avec des scies manuelles", explique Philippe Rousselle, garde forestier dans le Hertogenwald, une forêt du plateau des Hautes Fagnes. Ce dernier tient à faire passer un message: "Les auteurs ne comprennent pas quand faisant cela ils travaillent contre le bien-être animal".
Un équilibre en faune et flore
"La chasse est indispensable, le milieu naturel ne peut en supporter qu'un certain nombre. Il faut arriver à un équilibre en faune et flore", souligne l'homme. En effet , "on voit beaucoup d'arbres feuillus et de buissons qui viennent nourrir les chenilles et papillons. Et à côté des clôtures, tout a été mangé par le gibier. Si on laisse le gibier sans le réguler, plus d'arbre ne va pousser et il n'y aura plus de forêt".
Par ailleurs, il insiste sur la fonction des miradors, qui "permet un tir précis vers le sol et évite donc de blesser l'animal ou de mettre en danger les usagers de la forêt".
Et de spécifier qu'un comptage est fait au printemps à la suite duquel un plan de tir est fixé par l'administration. "Le chasseur est obligé d'atteindre le minimum autrement il doit payer une amende. Pour fin décembre, le quota doit être réalisé".