Le conseil de ce vendredi a débuté par le mea culpa de la bourgmestre Muriel Targnion. Envers les élus, son administration mais aussi les citoyens.

“C’est sans triomphalisme que nous avons décidé de déposer ce nouveau pacte afin d’installer une majorité stable pour gouverner Verviers”. Muriel Targnion avait décidé de la jouer sobre, vendredi soir lors du conseil communal de Verviers “Au sein de cette nouvelle équipe, chacun a pu s’expliquer et nous prenons nos responsabilités. Et une chose est sûre, que ceux qui déposeront éventuellement un recours le fassent avec un grand sens des responsabilités car, ici, personne n’a été exclu contre sa volonté.” Le message était clair pour Hasan Aydin qui, d’ailleurs était absent.

Le ton était donc donné et les deux seuls partis désormais dans l’opposition ne se pas privés de dire tout le “mal’qu’ils pensaient de cette nouvelle alliance.

“Qu’est-ce que vous allez faire pour Verviers ?”, s’est ainsi interrogé Laszlo Schonbrodt (PTB). “En outre, retrouver Muriel Targnion à la tête de la Ville ne nous parait pas le choix de la stabilité. Vous présentez une nouvelle équipe, avec le cdH qui sera encore plus à droite.”

Le ton était tout aussi dubitatif chez Hajib El Hajjaji, le chef de groupe Ecolo. “Votre pacte de ce soir est d’abord le fruit de multiples échecs. Le plus grave dans toute cette crise, c’est que le temps que vous avez mis à faire vos montages, vos calculs et vos stratagèmes”.

Le conseiller s’est ensuite montré plus positif. “Nous soutiendrons les projets qui apportent des solutions à notre population et qui s’inscrivent dans notre vision de la ville et des priorités à développer pour améliorer le quotidien des Verviétoises et des Verviétois”.

Chef de groupe PS, Malik Ben Achur a ensuite pris la parole. “être bourgmestre n’était pas un rêve que je poursuivais. Je crois qu’on tire tous les leçons de cette année de crise. Que celui qui n’a pas compris que la politique est un exercice d’humilité, de responsabilité, de travail collectif ; que celui-là envisage un autre engagement que celui que nous prenons pour le citoyen.”

Tout était dit. Une heure après l’ouverture des débats, les conseillers présents sont passés au vote. La nouvelle majorité a été adoubée par 24 conseillers. Cinq se sont abstenus et deux ont voté contre.

Les prestations de serment pouvaient donc avoir lieu. Muriel Targnion et ses échevins : Maxime Degey, Sophie Lambert, Jean-Fançois CHefnuex, Cécile Ozer, Alexandre Loffet, Freddy Breuwer et Antoine Lukoki Konda étaient installés.