"Très fâché. Les Verviétois en ont marre. Notre ville mérite tellement mieux que tout cela", ainsi écrivait le chef de groupe Ecolo Hajib Elhajjaji jeudi sur sa page Facebook. Un commentaire qui fait suite à la polémique liée aux différents épisodes survenus lors du conseil communal de lundi soir qui avait lieu une nouvelle fois en visioconférence. Parmi ceux-ci, un micro non coupé de l'ordinateur de l'échevin Freddy Breuwer alors qu'il était en pleine discussion par téléphone. Les auditeurs ont ainsi pu entendre "m’a fait chier avec son CPAS… Et ces Ecolos…", avec lesquels le MR était pourtant en discussion pour constituer une nouvelle majorité.

A la suite de cet épisode, le chef de groupe nous assurait qu'il ne s'arrêterait pas à cet incident unique provenant d'une personne mais qu'il aurait toutefois une discussion particulière avec l'échevin quant aux propos tenus par ce dernier. Et de vouloir poursuivre les discussions informelles avec le cartel. Coup de théâtre ce vendredi soir puisqu'on apprend qu'Ecolo a décidé de se retirer du projet de constitution d'une nouvelle majorité avec le cartel (MR-CDH-NV) et les dissidents socialistes (LIVE) venus en appoint, lassé des manières de faire de certains, des conflits de personnes, et estimant cette configuration instable. Une majorité qui était pourtant, rappelons-le, presque sur le point d'éclore.

Le cartel a communiqué ce vendredi prendre acte avec étonnement de cette décision, "une solution qu'Ecolo appelait pourtant de ses vœux depuis des mois".

Deux mois de discussion

"La manière dont ECOLO présente les choses est particulièrement choquante", estime le cartel. "Elle impose une mise au point. En deux mois de discussions, il n’a jamais été possible d’évoquer le moindre élément de fond. Ecolo a en effet jusqu’ici mis sur la table exclusivement des questions de personnes et de compétences. Leurs «priorités» (annoncées en réflexion, puis au nombre de 100, puis de 30) ne nous ont pas encore été présentées, malgré nos demandes, Ecolo exigeant un pré-accord signé avant de les dévoiler", est-il écrit. "En outre, contrairement à ce qu’ils présentent comme n’étant pas acceptable, toutes leurs exclusives ont été liées à des personnes".

Et de poursuivre : "Depuis l’origine de la crise –dont le P.S. est responsable –le Cartel a souhaité constituer une force de proposition. Le Cartel réaffirme son unité et –face à cette attitude peu responsable d’Ecolo–se sent renforcé dans son rôle de premier acteur politique verviétois, avec un un souci de transition (démocratique, économique, sociale, etc.) et dont une partie importante a été traduite dans le projet de Déclaration Politique Communaledu 21/09/2020".

Le Cartel (15 membres) conclut qu'il sera nécessairement de la solution et se dit à disposition des autres formations politiques "et même d’Ecolo, pour construire la majorité stable que tout le monde appelle de ses vœux".