Pourra-t-on bientôt voir la fin de privatisation du parking payant à Verviers ? Le groupe d'opposition PTB se bat pour depuis plusieurs années déjà. Depuis la question posée lors des précédents conseils communaux par le chef de groupe Laszlo Schonbrodt, l’échevin de la Mobilité et des Finances Alexandre Loffet (PS) s'est longuement attardé sur le dossier. Il précisait avoir trouvé une possibilité juridique de rompre anticipativement le contrat d’exploitation du parking urbain par Indigo (la société qui a repris la gestion du parking à Besix), signé jusqu’en 2023. Il restait à calculer le coût des indemnités de rupture à devoir payer

Nouvelle avancée dans le dossier de résiliation anticipée de la convention liant la Ville de Verviers à une société privée pour la gestion du stationnement. Le dossier "est aujourd’hui prêt", indique l'échevin dans un communiqué.

"Les analyses juridiques reçues confirment que le cahier spécial des charges permet à la Ville de résilier la concession, à tout moment moyennant un préavis de 6 mois et le rachat au concessionnaire des investissements et du matériel du concessionnaire à leur valeur comptable résiduelle", explique-t-il. "Il est également établi que l’application de cette clause n’est en rien contraire au contrat en cours".

Le coût de rachat des équipements, s’il devait intervenir maintenant, est estimé à 618.000 euros. La Ville devrait par ailleurs mettre à profit le délai de 6 mois pour procéder au recrutement d’agents communaux pour assurer la reprise du contrôle du stationnement par le service public. La Ville serait alors en mesure de veiller elle-même à la perception de la redevance qui avait chuté à 550.000 euros dans les dernières prévisions budgétaires et que le prestataire souhaite revoir à la baisse.

"Le dossier est donc finalisé pour permettre la reprise en main par le public de cette mission essentielle qu’est la gestion du stationnement et ainsi avoir la pleine maitrise des mesures d’aide ou d’assouplissement ainsi que de la mise en zone bleue de différentes rues". Reste désormais à évaluer une volonté politique se dégagera pour effectuer ce pas, très attendu par de nombreux citoyens.