Un Verviétois âgé de 22 ans a été condamné mardi par la cour d'appel de Liège à une peine de 150 heures de travail pour avoir détenu des armes illégales. Le prévenu avait été intercepté à deux reprises en possession d'armes, dont une fois avec un stock de 36 coups-de-poing américains destinés à la vente. Le 4 août 2019, le prévenu avait été contrôlé à Verviers alors qu'il transportait dans sa voiture un pistolet à billes et un spray lacrymogène. Le 10 février 2020, il avait de nouveau été contrôlé alors qu'il transportait 36 coups-de-poing américains.

"Je travaillais dans la métallurgie et j'avais fabriqué ces coups de poing américains pour les revendre", avait reconnu le prévenu devant la cour d'appel.

Selon le parquet général, c'est la quantité d'armes qui interpellait, car les coups-de-poing américains sont des armes particulièrement dangereuses, destinées à faire des dégâts importants sur les personnes contre lesquelles elles sont utilisées.

Le ministère public avait requis la confirmation d'une peine de 12 mois de prison prononcée par défaut contre le prévenu en première instance. Mais la cour a annulé la peine prononcée et a condamné le prévenu à une peine de 150 heures de travail.