Un conseil communal s’est tenu ce vendredi 30 juillet à Verviers afin de respecter les délais légaux pour la désignation des membres du conseil de l’action sociale suite au changement de majorité au début du mois. Déroulé après les inondations, ce point était finalement accessoire en raison de l'actualité chargée.

La bourgmestre a d'ailleurs démarré la séance par un compte rendu à destination des citoyens afin d’expliquer, chronologiquement, "l’ampleur du travail réalisé par la Ville durant ces 16 jours suite aux inondations" : ouverture d’un centre de crise, accueil puis relogement des personnes sinistrées, organisation des dons, travaux publics, cadastre… Il était également question d'une mise au point de la situation actuelle.

Les dons

"Les membres du collège et conseillers communaux avons eu à gérer la masse de dons qui est arrivée", a expliqué la bourgmestre. "On a été vite débordés". Les halls de sports ont tous été rapidement remplis de vêtements et produits de première nécessité. "Mais il manquait plus de meubles et d'électros". Les halls sont fermés depuis lors. Les vêtements sont triés dans l'ancien C&A, tandis que les électros et meubles, d'abord stockés et distribués au Solvent, seront transférés vers un endroit tenu secret et redistribués aux sinistrés de manière plus spécifique, selon les besoins de chacun, afin d'éviter les abus et vols de malfrats en cours. "Nous savons que les personnes ont d’abord besoin d'assainir leur logement". Viendra donc ensuite le moment venu de la distribution. Quant à la distribution alimentaire "elle fonctionne bien", avec l'aide du Relais social urbain.

Les énergies

L'eau, première nécessité, d'abord distribuée en bouteilles puis par camions via la SWDE, "est revenue partout à Verviers depuis le 17 juillet, et potable".

Alors que 15 000 logements étaient sans électricité, "vendredi on était passé à 3000 et ce vendredi à moins de 1000", a précisé la bourgmestre. "Ores a dû changer les compteurs individuellement dans toutes les maisons, remis ensuite par section d’électricité, afin de repasser dans chaque maison pour remettre le courant". Un travail fastidieux qui avance. Ores a pour ce faire rapatrié des techniciens de l’ensemble de la Wallonie.

Au niveau du gaz, "les canalisations ne sont pas trop touchées donc la majorité des Verviétois a déjà du gaz ou il sera rétabli dans le courant du weekend".

La santé

La bourgmestre a fait appel à Médecins sans frontières pour "avoir leur impression et conseils". "Il faudra dans les prochains jours être particulièrement attentif aux maladies respiratoires, aux maladies liées à l’urine des rats, aux maladies gastriques chez les enfants, ou encore aux champignons qu’on retrouve dans les maisons", a-t-elle insisté. La Ville prévoit de mettre en place une task force médecin (avec des médecins de la ville notamment) pour organiser cette prévention et expliquer celle-ci "aux personnes qui vont le plus travailler dans les maisons".

Des hubs de quartier

Après l'aide urgente, la Ville envisage de mettre en place "une aide structurelle dans la durée, par quartier dans un bâtiment en dur où l’aide alimentaire pourra être apportée, où les gens pourront manger ensemble, où on pourra trouver au même endroit la possibilité de prendre des douches, d'avoir accès à une machine à laver, un séchoir, une infirmière", avec la présence de la Croix-Rouge pour observer les éventuelles maladies.

Le relogement

5000 maisons ont été inondées à des degrés divers, "il est difficile savoir qui peut encore habiter ou non dans sa maison".

La Ville a désigné un ingénieur en stabilité qui pendant les deux premiers jours a fait les 10 km de rivière "pour voir l’état extérieur de maison" à la suite duquel la bourgmestre a émis un arrêté d'instabilité. Afin de réaliser un cadastre précis et complet des maisons sinistrées, la Ville - renseignée par la SPI- a fait appel à l'ONG les Architectes de l'urgence. Arrivés mercredi, "ils ont fait le tour de la ville et nous ont fait un retour de l’état des maisons". "Il serait impossible de reloger toutes les personnes", a émis la bourgmestre. "On doit travailler au fait que les personnes puisent retourner le plus vite possible dans le leur maison : laver ses murs avec autant de fois en eau de javel que les champignons reviennent". Actifs sur le terrain jusqu'à ce dimanche "ils vont nous écrire une fiche de conseils pour la population pour qu'elle puisse retourner le plus vite possible dans sa maison".

Comme la Région wallonne, la Ville pourrait également investir dans l'acquisition de logements de type containers.

Un recensement des besoins

La Ville organise également depuis jeudi, avec des bénévoles et associations, un recensement de l’ensemble des 5100 maisons sinistrées avec questionnaire. "Ils poserons une série de questions aux habitants pour avoir une idée, une précision des besoins de la population et évaluer le nombre précis de personnes concernées", a informé la bourgmestre, et ce afin d'aider de manière plus efficace ces personnes.

Un gestionnaire de crise

Enfin, la Ville a pour projet d'engager un gestionnaire de crise "qui va s’occuper du suivi de la crise inondation". Celui-ci pourra organiser des tasks force dans différents secteurs : sécurité, logement, distribution alimentaire...

Dépollution des sols

La Ville travaille aussi à trouver l'aide la plus efficace pour la dépollution des sols, "publics, mais aussi privés". Muriel Targnion est consciente que des hydrocarbures se sont déversés un peu partout sur le territoire avec les inondations.

Mercredi prochain, la bourgmestre fera le point de la situation avec les différents échevins.

Seule certitude : après la catastrophe, il faudra reconstruire, se reconstruire.