Désigné comme émissaire, pour conseiller les tuteurs (Marie-Claire Lambert, Christophe Collignon et André Frédéric) chargés de trouver une solution depuis début juillet dans la crise interne en cours au PS verviétois, le député fédéral a annoncé ce vendredi matin sa volonté de quitter la tutelle du PS verviétois.

Contacté par nos soins, il explique ne pas vouloir participer à ce qui est en train de se déciser au sein du PS verviétois. "Je ne suis pas d’accord avec la manière dont on règle le problème", dit-il. "J'ai expliqué ma vision sur les choses à faire. Je ne peux pas participer à quelque chose qui ne se conforme pas aux statuts. Je fais de la politique depuis plus de 30 ans, et j'ai toujours respecté les règles mandatées par les affiliés. Je ne peux pas rentrer dans une démarche qui les ignore", nous explique le député hervien. "Participer dans ces conditions, ce ne serait pas être en phase avec mes valeurs et ma conception de la démocratie. Je ne suis pas prêt à contourner tout et n'importe quoi". Et de préciser qu'il n'a "aucun problème avec personne", "je ne veux juste pas accepter dans ces conditions".

Une réunion est toujours en cours au sein du PS verviétois à laquelle Marc Goblet ne participe donc pas. Elle réunit la tutelle ainsi que l'ensemble des élus PS qui se sont "rangés" du côté du PS officiel. On nous dit que Hasan Aydin et Sophie Lambert sont notamment présents. En discussion ? Une solution un peu hasardeuse pour sortir le PS verviétois de la crise via notamment une motion de méfiance...