Suite à une motion déposée lors du conseil communal de ce lundi par le socialiste Malik Ben Achour

Déposée par le conseiller communal PS Malik Ben Achour, une motion "Verviers, contre le racisme et ville pour l'égalité" a été votée à l'unanimité par le conseil communal ce lundi soir en fin d'une séance qui s'est clôturé peu avant minuit.

Alors qu'on annonçait il y a quelques jours que la Ville lançait une campagne contre le racisme, en lien avec l'actualité et le mouvement antiracisme déployé un peu partout dans le monde suite à la mort de cet afro-américain Georges Floyd, voici qu'elle va plus loin.

"Considérant que l’Europe et le monde entier traversent une période où le racisme représente une menace pour nos sociétés modernes, démocratiques et interculturelles ; Considérant que les migrations ont forgé le monde et continueront de le faire, qu’elles soient choisies et/ou forcées, que les migrations peuvent constituer une chance et un potentiel pour nos sociétés pour peu qu’une politique active d’accueil soit mise en place ; Considérant que l’essentiel de la politique de lutte contre le racisme relève de législations et réglementations de compétence fédérale ou communautaire et que les communes peuvent mener une politique proactive de lutte contre le racisme et les discriminations ; Considérant les engagements déjà pris par notre commune ; Considérant que le racisme est une construction sociale qui sert à catégoriser des populations, à les essentialiser, à les hiérarchiser et à définir des rapports de domination ; Considérant que le racisme est bien un délit, et non pas une opinion", peut-on notamment lire sur cette motion, "il est essentiel que Verviers puisse être à l'avant-garde de la lutte contre le racisme en votant cette motion. Les pouvoirs publics ont l'obligation d'agir sur ce phénomène de discrimination", a défendu le conseiller communal.

La Ville s'engage à agir, lutter et sensibiliser

Avec ce vote, la Ville de Verviers s'engage à des actions concrètes visant notamment à : "mener une politique transversale, ambitieuse et proactive de promotion de l’égalité et de la diversité, et de lutte contre le racisme et les discriminations d’autre part", mais aussi mettre en place un "comité local" de lutte contre le racisme intégrant des associations concernées, des citoyens volontaires, des personnes issues de la diversité et les échevinats directement en lien avec la matière. Elle entend aussi organiser les « Assises de l’inclusion » en y intégrant tous les secteurs de la vie associative, intégrer le programme européen des Cités interculturelles ICC (InterCultural Cities), intégrer le réseau européen des villes contre le racisme ECCAR (European Coalition of Cities Against Racism) de l’UNESCO comme Liège et Bruxelles, mettre en place un suivi proactif des engagements pris lors du vote des motions susmentionnées, avec le soutien d’Unia et du CRVI, favoriser une politique d’embauche "plus inclusive dans l’objectif d’avoir une administration communale à l’image de la diversité de notre population verviétoise", promouvoir l’accès au dépôt de signalements et de plaintes et soutenir le travail d’Unia (Centre interfédéral pour l’égalité et la lutte contre les discriminations) notamment par des partenariats et un soutien à leurs permanences locales, désigner un ou une agent communal(e) qui coordonne les initiatives de la Ville de manière transversale et intersectionnelle et en assure le bon suivi, ou encore aider et stimuler les secteurs et les entreprises à élaborer des politiques de prévention des discriminations. Tels sont les quelques-uns des nombreux points mentionnés sur cette motion.

Cette motion exige par ailleurs de ses conseillers "un comportement exemplaire en la matière, notamment dans leurs décisions politiques et leurs communications publiques". Un suivi sur la mise en œuvre transversale de cette celle-ci au niveau communal par la bourgmestre et l’ensemble du conseil communal est prévu pour juin 2021. Enfin, un dispositif concerté de suivi et d’évaluation de l’implémentation des mesures concrètes reprises dans la motion, par l'organisation de quatre rencontres par an avec des représentants d'associations, citoyens et organismes œuvrant pour la lutte contre le racisme, sera mis sur pied.