C’est en 1993 que l’opération "Verviers ma Ville, Solidaire" démarre sous l’impulsion de Philippe Lagasse de Locht, chef d’entreprise bien connu à Verviers, devant le dénuement de nombreux citoyens en période de fêtes. L’opération naît sous la forme d’une collecte de vivres à laquelle participent plusieurs services-clubs de l’entité verviétoise, en partenariat avec les associations de terrain (Relais social, Restos du cœur…).

"En cette période de crise sanitaire, encore plus de familles sont en difficulté auxquelles", souligne le président de l’ASBL, qui a maintenu l’organisation de la 26e édition en adaptant certaines actions et supprimant d’autres. Une édition particulière qui montre ses difficultés "que ce soit pour la récolte et la distribution de vivres puisque nos 300 bénévoles habituels n’ont pu sortir" mais les Verviétois sont toujours bien solidaires envers les plus démunis.

Ainsi l’action "Restos solidaires", adaptée pour devenir "Restos solidaires Home", a permis de récolter plus de 440 repas emportés. Les 15 "écoles solidaires" ont déjà permis de recueillir 1 200 kg de vivres, "et le chiffre pourrait atteindre 1,2 t". Les "Entreprises solidaires", notamment les agriculteurs, multiplient le don de 2000 L de produits laitiers. À noter que 40 parrains ont déjà fait don de 11 000 euros.

Quant aux "Caddies solidaires" devenus "2020 code solidarité", ils sont suivis par 11 grandes surfaces via un système de code-barres de bons d’un euro, trois euros ou au choix à remettre aux caisses. L’action se poursuit jusqu’au 5 janvier. Enfin, l’équivalent de 40 000 euros en chèques solidaires sera remis aux défavorisés via les associations de terrain.