Trois démineurs ont été envoyés par le parti socialiste pour tenter de les rabibocher

Alors que Malik Ben Achour préconisait mardi qu'un médiateur désigné par le PS apaise les relations entre la bourgmestre Muriel Targnion et le président de CPAS Hasan Aydin, tous deux membres socialistes de la majorité, une médiation a eu lieu ce jeudi entre les deux élus.

Pour rappel, le président de CPAS est sur le point de se faire exclure de la majorité. Les membres du collège communal verviétois ont déposé une motion de méfiance individuelle à son encontre, qui doit être présentée au prochain conseil communal mardi prochain. La mésentente n'est pas nouvelle entre les deux élus. En 2015 en effet, Hasan Aydin, qui avait pourtant obtenu plus de voix que Muriel Targnion, s'était effacé pour qu'elle puisse ceindre l'écharpe maïorale. Depuis, la discorde n'en fini pas entre les deux socialistes.

Ce jeudi Hasan Aydin et Muriel Targnion se sont donc assis autour d'une même table, accompagnés de trois éminences de la fédération socialiste verviétoise pour tenter de les rabibocher : le député fédéral hervien et ex-président de la Fédération verviétoise Marc Goblet, le député régional de Theux André Frédéric, et le secrétaire de la Fédération verviétoise du PS et échevin à Malmedy malmedien Ersel Kaynak.

Les trois démineurs ont été constitués à la demande du boulevard de l'Empereur. Tous étaient réunis au Floréal, au siège verviétois du parti socialiste, où les discussions ont duré deux heures. Cette démarche de la dernière chance pourrait signifier que le parti n’aurait pas encore validé la démarche de la motion de méfiance, la volonté étant de trouver une solution avant mardi.

Résultat de ces discussions ? Il apparaît que celles-ci n'ont pas permis de rapprochement entre la bourgmestre et le président du CPAS. Pendant ce temps, la mobilisation des électeurs du président de CPAS continue. Ceux-ci prévoient d'ailleurs déjà de se réunir à nouveau mardi, au Centre sportif Albert Mora, où se déroulera le prochain conseil communal.