Le procureur de Division de Verviers a fait le point sur cette enquête qui s'annonce difficile

Comme notre site le révélait en exclusivité ce mercredi matin, le corps sans vie d'une sexagénaire a été découvert, mardi vers 15 heures, rue Damien Querinjean, dans le hameau d'Ondeval, à Waimes. Jeannine Henket gisait sans vie dans son habitation. Elle portait des traces de coups au visage et aux bras. Selon toute vraisemblance, sa mort remonterait à la nuit de dimanche à lundi, voire lundi en début de matinée.

Dans l'après-midi de mercredi, le procureur de Division de Verviers Gilles de Villers Grand Champs a fait le point sur l'enquête. "Le corps de la victime a été découvert par un habitant du quartier. En fait, cette dernière s'occupait d'un jeune homme lourdement handicapé et c'est en voyant ce jeune homme errer en rue que l'habitant s'est rendu sur place pour voir ce qu'il se passait. Ce n'était pas normal", a expliqué le procureur de division. C'est à ce moment qu'il a découvert le drame et qu'il a immédiatement donné l'alerte. Le magistrat a précisé que le jeune homme qui vivait chez Jeannine Henket n'est pas suspecté. "Il a été sommairement entendu, mais il est très choqué et il n'est d'ailleurs pas sûr qu'il a été témoin de quelque chose."

Signalons qu'aucune trace d'effraction n'a été constatée, mais qu'une des portes de l'habitation n'était pas verrouillée. Les lieux n'ont apparemment pas été fouillés et aucun vol n'a été constaté.

"Le médecin légiste a relevé des traces de coups au niveau du visage et des bras de la victime. Une autopsie, pratiquée ce mercredi après-midi, est nécessaire pour déterminer précisément la cause du décès, qui remonte à plus de 24 heures avant la découverte du corps", a ajouté Gilles de Villers Grand Champs.

Le dossier a été mis à l'instruction du chef d'homicide volontaire.