Le jugement interviendra le 20 novembre.

Le parquet a requis vendredi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de 15 mois de prison assortie d'un sursis probatoire contre un Liégeois de 26 ans suspecté d'avoir commis le viol d'une jeune fille de 12 ans. Sa victime avait affirmé qu'il souffrait d'une particularité physique spécifique qui s'est révélée fausse. Le prévenu était un ami très proche de la famille de la jeune fille. En 2013, la jeune fille, alors âgée de 12 ans, l'avait accusé de viol. Elle affirmait, pour étayer ses accusations, que le prévenu souffrait d'une anomalie physique particulière. Cette jeune fille soutenait que le prévenu l'avait soumise à une fellation forcée et qu'à cette occasion, elle avait remarqué qu'il ne disposait que d'un testicule.

Mais cette particularité physique s'est révélée fausse. Un certificat médical atteste que le prévenu dispose de l'ensemble de ses attributs. Si cet homme était bien surnommé "mono-boule", il s'agissait en réalité d'un surnom moqueur qui lui avait été attribué par des amis. Selon le prévenu, la jeune fille se serait basée sur ce surnom pour étayer de fausses accusations en pensant qu'il souffrait réellement de cette particularité physique.

Le prévenu a soutenu que la jeune fille n'est pas crédible dans ses accusations parce qu'elle s'était basée sur la croyance populaire pour étayer ses affirmations. Il a affirmé que la jeune fille avait transposé sur lui des faits qu'elle aurait vécus dans le cadre d'une autre relation.

Le parquet a requis une peine de 15 mois de prison avec sursis probatoire. La défense, Me Jaminon, a plaidé l'acquittement de son client ou le sursis simple.