Abdulkaader, 37 ans, encourt deux peines pour un total de sept mois de prison pour avoir commis des faits pour le moins… culottés ! En effet, l’intéressé n’a pas hésité à aller se baigner à moitié nu dans la piscine d’inconnus. Imaginez, vous rentrez chez vous avec vos enfants et vous tombez nez-à-nez avec un gars à moitié nu qui, sans aucune gêne, descend tranquillement dans votre piscine. 

Les faits se sont produits le 15 août 2020 à Wandre, sur la commune de Liège. On ignore si ce jour-là il faisait particulièrement chaud, mais en tous les cas l'intéressé était particulièrement chaud. L'homme s'est mis en caleçon pour se baigner dans la piscine d'inconnus. Il a décidé de passer un bon moment, sans aucune gêne. 

En effet, décidément très à l’aise, Abdulkaader a refusé de quitter les lieux lorsque l’habitante lui a demandé de partir. Comme la police refusait d’intervenir sur place, la dame a appelé son gendre. Le gendre de la dame est intervenu. Les choses se sont corsées.

 Abdulkaader se serait montré menaçant. Le gendre a décidé de le maintenir sur place pour l'identifier et déposer une plainte à son encontre. Abdulkaader lui a porté des coups. Le gendre a subi une incapacité de travail de quelques jours. 

Le suspect a été rhabillé et interpellé. Il a été mis sous mandat d’arrêt. Abdelkadeer est inconnu des services de police. Lors de l’audience consacrée à son affaire devant le tribunal, il a expliqué qu'il avait eu chaud et avait eu envie de se baigner. Une explication un peu courte. Il doit également répondre du fait qu'il se trouve en séjour illégal sur le territoire belge. Me Eric Taricco qui représentait la partie civile a souligné le choc que peut engendrer une telle découverte dans son jardin.

Me Gilles Detournay qui intervient aux côtés de Me Philippe Culot pour assurer la défense d'Abdulkaader a plaidé la légitime défense en estimant que son client ne représentait plus aucun danger au moment de l'intervention du gendre et que son client s'était senti menacé. L'avocat a plaidé l'acquittement pour les coups et blessures. L'avocat a également plaidé la provocation. Le jugement sera rendu au mois d’octobre prochain.