Luxembourg La commune a tenu une réunion d’information à laquelle le public est venu exprimer ses craintes et opposition en nombre.

L’appel d’offres lancé récemment aux promoteurs de parcs éoliens a suscité de vives réactions dans la commune de Houffalize. Afin de couper court aux rumeurs et d’informer le public sur ses intentions dans ce domaine, le collège l’a convié à une réunion à la salle des Quatre Vents à Bonnerue.

"Le cahier des charges a été établi en réaction au cadre de référence trop permissif de la Région wallonne, a expliqué Philippe Cara, échevin de l’Énergie. Depuis 2015, en effet, de nombreux promoteurs nous contactent de manière spontanée. Une série de critères ont été fixés pour canaliser les projets et limiter leur impact."

Ces critères ont été définis en collaboration avec la commune de Gouvy et le CPAS de Bruges, propriétaires de nombreuses parcelles sur le territoire communal houffalois. En ce qui concerne la localisation, seules les zones de Mabompré et de Les Tailles-Bois de Cedrogne sont proposées avec un certain nombre de contraintes.

Parmi ces contraintes : le respect d’une distance minimale de 1 000 mètres par rapport à toute zone d’habitat ou à toute habitation isolée ; un nombre réaliste d’éoliennes, soit de 4 à 8 à Mabompré et un maximum de 10 à Les Tailles, l’implantation sur des parcelles publiques ou encore l’ouverture à une coopérative citoyenne. Plusieurs habitants ont exprimé des craintes par rapport aux projets déjà présentés, à savoir les trois mâts à construire en bordure de l’autoroute E 25, près de Dinez, et, à Mabompré, les deux parcs de trois et sept éoliennes, portés par Storm et Aspiravi.

"Nous avons remis un avis négatif sur ces deux projets, a souligné l’échevin en charge du dossier. Le cahier des charges a été envoyé à Storm et Aspiravi afin qu’ils revoient, éventuellement, leur copie sur base des critères que nous avons déterminés."

Certains participants à la réunion d’information ont relevé que le document adressé aux promoteurs n’a aucune valeur légale et qu’in fine, c’est la Région wallonne qui tranchera. La date de rentrée des offres a été fixée au 18 novembre.


E25: un mât de mesure controversé

Le projet de parc éolien à implanter près de l’aire autoroutière des Nutons, en bordure de l’E25, près du village de Dinez, est plus avancé que celui de Storm-Aspiravi à développer près du village de Mabompré.

Présenté en septembre 2018, au centre Vaymundo, il a déjà fait l’objet d’une demande de permis dans le but d’installer un mât de mesure du vent.

Le dossier, déposé à la commune de Houffalize, en décentralisation urbanistique, a été refusé par le collège communal, opposé au projet.

Le promoteur a, dès lors, introduit un recours au Conseil d’État et il a obtenu gain de cause. Si les mesures de vent sont favorables, une demande de permis sera introduite pour implanter et exploiter trois éoliennes à cet endroit.

Or, dans ce cas, ce n’est pas la commune mais la Région wallonne qui octroiera le permis. Son avis sera demandé mais pas forcément pris en compte. Dans le cas où le permis serait accordé, la commune pourra encore s’opposer au projet en déposant un recours au Conseil d’État.