Le tribunal correctionnel de Neufchâteau a condamné jeudi un homme des environs de Neufchâteau à 10 mois d’emprisonnement pour le viol de sa belle-fille, âgée d’une quinzaine d’années à l’époque des faits. On lui reprochait notamment d’avoir exercé du chantage en échange de faveurs sexuelles. 

« Le prévenu veut faire croire que son but était l’éducation des enfants » soulignait l’avocate de la partie civile dans sa plaidoirie. « En réalité, c’est plutôt : « Je confisque ton téléphone, si tu veux le récupérer, tu dois m’accorder certaines faveurs ». » C’est en cherchant à piéger le copain de sa fille sur les réseaux sociaux que la mère de l’adolescente a réalisé que son propre compagnon abusait d’elle. 

Le ministère public évoquait dans son réquisitoire un chantage particulièrement malsain et réclamait une peine de 2 à 3 ans de prison. Quant au prévenu, il contestait les préventions. « Rien n’est vrai dans ce dossier », estimait l’avocat de la défense. Le tribunal a finalement déclaré les préventions établies et prononcé une peine de 10 mois d’emprisonnement avec sursis probatoire pour 3 ans. Le prévenu devra suivre une formation et ne plus avoir le moindre contact avec la victime.