Une partouze organisée en face d’un hôpital à Saint-Mard (Virton) : "En pleine nuit en face d’une clinique où des patients Covid sont soignés : c’est inadmissible !"

La police a dressé 52 P.-V. Covid. Des capsules de gaz hilarant ont été saisies.

Une partouze organisée en face d’un hôpital à Saint-Mard (Virton) : "En pleine nuit en face d’une clinique où des patients Covid sont soignés : c’est inadmissible !"

Dans la nuit de samedi à dimanche, la police de la zone de Gaume a mis fin à une fête clandestine organisée dans une villa située au numéro 59 de la rue d’Harnoncourt à Saint-Mard (Virton) en face de l’entrée de la clinique Edmond-Jacques.

Les participants, d’origine française, fêtaient un anniversaire dans un gîte, propriété d'un Anversois. Lorsque les policiers sont arrivés sur place, vers 1 h, ils ont signalé une vingtaine de personnes au parquet du Luxembourg. Le magistrat de garde a autorisé la police à entrer dans l’habitation, deux heures plus tard.

Il s’est avéré qu’une cinquantaine de personnes, dont des escort girls, participaient à une partouze. Les policiers ont constaté que la plupart étaient nus, voire très légèrement vêtus. Ils ont dressé 52 procès-verbaux pour non-respect des mesures Covid. Deux autres P.-V. ont été délivrés pour détention de stupéfiants et de capsules de gaz hilarant. La drogue et les capsules ont été saisies.

Le propriétaire de la villa a été entendu. Il a, lui aussi, été verbalisé. Chaque participant a été sanctionné par une amende de 250 euros avec perception immédiate. Des poursuites seront engagées à l’encontre du propriétaire et de la cinquantaine de participants.

Le bourgmestre de Virton, François Culot, précise que la police a reçu de nombreux appels, samedi soir, signalant une activité suspecte en face de l’hôpital.

"Je suis en colère", nous a-t-il confié. "Certains ne respectent vraiment rien ! Organiser une fête clandestine en pleine nuit en face d’une clinique où des patients Covid sont soignés : c’est inadmissible !"

Le bourgmestre rappelle que samedi dernier des coiffeurs de Virton ont organisé une action pour manifester leur désarroi et leur inquiétude face à la fermeture des salons de coiffure imposée par le gouvernement.

"De nombreux indépendants sont désespérés", souligne-t-il. "Les jeunes coiffeurs qui débutent ne s’en relèveront pas. Dans un contexte où des efforts sont demandés et où tout doit être mis en œuvre pour limiter la propagation du virus, certains bravent les interdits de manière éhontée. L’attitude de ces fêtards français est parfaitement scandaleuse !"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be