Le tribunal de Neufchâteau a condamné un père de à 7 ans de prison pour traitements inhumains et attentat à la pudeur sur ses propres filles. Le prévenu désapprouvait le mode de vie des adolescentes, élevées au sein d’une famille tchétchène à la mentalité traditionnaliste dans la région de Sainte-Ode. Il aurait emmené l’aînée dans les bois avec hache, sac poubelle et chalumeau, l’aurait ligotée et bâillonnée pour ensuite simuler sa mise à mort. But de la manœuvre : lui faire avouer son comportement pour l’avoir surprise avec un garçon dans la salle de bain quelques jours plus tôt. La jeune femme avait fini par fuir le domicile familial. C’est alors que le dossier était parvenu à l’attention de la justice. 

Auditionnée pendant plus de trois heures, l’adolescente avait expliqué comment son père la réduisait en esclavage à la maison. Elle ne pouvait ni parler français chez elle, ni fréquenter de garçon, ni même avoir de vie sociale. Le patriarche l’obligeait à se doucher avec lui, lui caressait les parties intimes. Tiraillée entre la loyauté familiale et la volonté de dénoncer son calvaire, la victime craignait non seulement pour l’honneur de sa famille, mais aussi pour sa vie. Malgré son placement dans un centre sécurisé, elle subissait toujours la pression de son entourage. Lequel est allé jusqu’à intimider son avocate pour savoir où elle se trouvait. Le tribunal a déclaré l’ensemble des préventions établies.