Au collège communal d’Arlon, son échevinat devrait être confié Anne Neyens-Lamesch

Echevine à Arlon depuis 12 ans, Anne-Catherine Goffinet (cdH) a décidé de quitter ses fonctions scabinales pour se consacrer à temps plein à son poste de députée wallonne.

"Mon taux de pénétration me permettait pourtant de cumuler ces deux fonctions", précise-t-elle. "J’ai décidé de me consacrer à 100 % à la défense des intérêts des luxembourgeois au niveau régional."

Anne-Catherine Goffinet restera conseillère communale. Elle devrait être remplacée au collège communal par Anne Neyens-Lamesch. "Anne-Catherine était très engagée au niveau communal", rappelle le bourgmestre Vincent Magnus. "Elle s’occupait, entre-autres, de l’état civil, du patrimoine, des finances et de l’énergie, des dossiers qu’elle connaissait bien. Je rencontre ce mercredi la mandataire communale qui devrait lui succéder. Aucune décision n’a encore été prise en termes de compétences. Il est prématuré d’évoquer une redistribution au sein de l’exécutif."

La future députée wallonne a hâte de se mettre au travail. "Mon choix a été mûrement réfléchi après 18 ans de vie communale", souligne-t-elle. "Je défendrai la ruralité au parlement wallon, comme je l’ai fait à la Chambre, pendant quelques mois, après le départ d’Isabelle Poncelet."

Future députée wallonne, elle aussi, Anne Laffut (MR), bourgmestre de Libin, a également un taux de pénétration suffisant pour occuper les deux fonctions. Elle a décidé de rester bourgmestre tout en siégeant au parlement wallon. Au conseil provincial, en revanche, pas de choix possible. Elle y sera remplacée par Simon Huberty, échevin à Léglise.

Quant à Jean-Philippe Florent, premier élu direct d’Ecolo au parlement wallon, pour la province de Luxembourg, il cédera son siège de conseiller provincial à Claudia Massot de Musson. En province de Luxembourg, où les écologistes progressent partout, le résultat d’Ecolo en termes de sièges - l’un au fédéral décroché par Cécile Thibaut, et l’autre à la Région - est historique. Les Verts n’y ont, en effet, jamais eu d’élus directs.

N.L.