Luxembourg La société bertrigeoise avait écopé d’une simple amende administrative, elle a préféré aller au tribunal

La société Ardenne Volaille est poursuivie devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau pour plusieurs infractions relatives à la sécurité de la chaîne alimentaire. La société s’était vu infliger une amende administrative à la suite d’un contrôle de l’AFSCA, l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire. Mais ses dirigeants ont préféré porter l’affaire en correctionnelle pour réclamer leur acquittement devant la justice.

Les préventions vont du non-respect de la chaîne du froid aux manquements à l’hygiène, en passant par des problèmes de traçabilité. Des infractions que la défense qualifie de "minimes", dénonçant dans la foulée les excès de zèle de l’agence fédérale. "L’objectif des inspecteurs est de revenir au bureau avec une feuille bien remplie", souligne François Fadeux, l’avocat d’Ardenne Volaille. "La tolérance zéro qu’applique l’AFSCA depuis l’affaire Véviba donne lieu à des situations disproportionnées."

Parmi les infractions relevées, des problèmes d’étiquetage, la présence d’un couvercle à même le sol ou encore des problèmes de traçabilité. "Des erreurs humaines et ponctuelles", souligne-t-on du côté de la défense, rappelant la mise en place d’un système de contrôle de traçabilité au sein de l’entreprise. Il est aussi question de poulets 0,5°C au dessus de la température autorisée - "ils n’étaient pas encore entrés dans le frigo, mais ils allaient l’être" - des taches de graisse dans un frigo ou encore un problème d’agrément. Plus surprenant, l’AFSCA pointe aussi la présence de chaussures sales… dans les vestiaires. "C’est justement l’endroit où elles doivent se trouver", rappelle la défense. "On est dans le zèle total !"

Le parquet réclame une amende de 1.000€, à majorer des décimes additionnels. La défense sollicite l’acquittement. Jugement le 5 novembre.

N.P.