Après un an de préparation, une nouvelle série humoristique intitulée « ça urge » va être diffusée sur le web. Deux luxembourgeois sont derrière ce concept.

"Imaginez un instant un hôpital où vous ne voudriez jamais arriver pour vous faire soigner. Un établissement rempli de magouilleurs et d'incompétents en tout genre. Entre les médecins ignares et corrompus, jusqu'aux ambulanciers incapables de retrouver le chemin de l'hôpital, voire même celui de leurs malades. On vous emmène dans l'établissement hospitalier le plus…inhospitalier que l'on puisse trouver dans ce monde. Alors détendez-vous et laissez faire les professionnels. Bon amusement." C’est avec cette introduction que les producteurs, scénaristes et acteurs ont décidé de lancer une nouvelle série humoristique sur le web, intitulée : "ça urge" ! 

Vous l’avez peut-être compris, l’action se passera essentiellement dans le milieu hospitalier. "C’est un concept amateur. Une série humoristique, basée sur la satire. On se moque, on rit de certaines situations que l’on peut rencontrer dans un hôpital. On s’est un peu basé sur les cultissimes séries que sont Kaamelott ou le Palmashow. Même si on est loin d’atteindre leur niveau", explique Steve Franckart (de Habay), à l’origine de cette production avec son ami Marvin Georges (de Bastogne). Les deux compères ayant le sens de l’humour, l’idée leur est ainsi venue. "J’ai travaillé huit ans aux urgences à Arlon. Je n’y suis plus. Marvin ? Il travaille dans un autre domaine d’activité. Je me souviens, j’avais un collègue qui notait quelques anecdotes durant son service. Des histoires parfois drôles/cocasses que nous avons vécues aux urgences. Un jour, j’ai décidé que je voulais parodier ces situations, les mettre sous forme de sketche(s). Dans la série, certains sketches sont donc basés sur une histoire vraie, même si la majorité d’entre-eux n’est que pure invention", poursuit-il. 

Le but est de faire rire. Après environ une année de tournage, le travail de montage est presque terminé. Au total, cette série comporte une quarantaine de capsules d’une durée de trois minutes. "On devrait diffuser la première capsule vers la mi-décembre ou au plus tard, en fin d’année. On pourra bientôt la retrouver sur notre page Facebook : ça urge. Et évidemment, sur YouTube." Le budget ? Il n’est pas énorme. "On a fait avec les moyens du bord (rires). On est tous amateurs, pas comédiens. Mais on a quand même investi dans du matériel de qualité pour tourner les capsules. Et on a trouvé un local que nous avons aménagé en salle d’opération et en cabinet de consultation, une ambulance…le tout à moindre frais. Bref, on s’est bien marré en faisant cette série et on espère vraiment que ça fera aussi rire les internautes. On ne cherche rien d’autre…pour le moment", conclut-il.