Le contexte de la soirée du 7 décembre 2017, lors de laquelle Jordan Deleuze a porté des coups mortels lors d'une soirée alcoolisée à Freddy Bontems, a été abordé, mardi, au procès du premier devant répondre de l'assassinat du second devant la cour d'assises du Luxembourg. Cependant les témoins, entendus mardi, n'ont pas pu apporter de mobile précis. Il aurait été question d'une discussion concernant l'ex-compagne de JordanDeleuze. Freddy Bontems n'aurait pas transmis de messages de cette dernière à l'accusé ou la victime aurait aussi eu des sentiments pour cette femme. Suite à cette rupture, Jordan Deleuze avait été hébergé par une amie, le considérant "comme son fils", habitant un appartement à la rue du Lavoir à Arlon. Les faits ont eu lieu chez elle lors d'une soirée alcoolisée lors de laquelle un autre homme était aussi présent. Mais ce dernier est depuis décédé.

Seule l'occupante de l'appartement a donc pu être entendue comme témoin direct devant la cour d'assises. Mais pour expliquer qu'elle n'avait quasi plus de souvenir. Alors que Jordan Deleuze avait commencé à s'emporter sur Freddy Bontems, elle est partie se réfugier dans une chambre avec l'autre homme.

"Je me souviens d'avoir vu que Jordan a donné une gifle face au sourire de Freddy", se rappelle-t-elle seulement, évoquant aussi un début de discussion au sujet de l'ex-compagne. Cette dernière a aussi témoigné mardi devant la cour d'assises.

"Au début de notre relation avec Jordan, cela se passait bien. Mais s'il buvait et écoutait de la musique, cela devenait compliqué", a expliqué l'ex-compagne de l'accusé. Celle-ci a un moment trompé Jordan Deleuze avec son ex-mari.

"En l'apprenant, Jordan m'a donné deux claques et un coup de poing", a-t-elle témoigné. Finalement, elle a décidé de rompre avec l'accusé en juillet 2017. "Mais j'avais toujours des sentiments pour lui", dit-elle désormais.

Et lorsque Jordan Deleuze ne lui répondait pas, elle passait alors par Freddy Bontems. La victime lui a aussi envoyé des SMS affectueux mais auxquels elle ne donnait pas suite.

"Je ne dirais pas que Freddy s'intéressait à moi, explique l'ex-compagne de Jordan Deleuze. Il m'a un jour demandé ce que je ferais s'il m'embrassait... mais Freddy aurait pu être mon père."

Selon elle, Jordan Deleuze avait été mis au courant mais était resté calme.

Freddy Bontems a, lui, été décrit comme quelqu'un de serviable par ses proches entendus comme témoins. La seconde épouse de la victime a dit de lui qu'il n'était jamais violent ou agressif.

"Il aimait bien boire un verre mais n'avait pas l'alcool méchant", a relaté, elle, la fille de sa seconde épouse.

Freddy Bontems a été mis prématurément à la retraite de son emploi d'ouvrier à la SNCB mais ses ex-collègues gardent de lui de bons souvenirs.

"Un homme pacifique", a témoigné un collègue.

L'ancien supérieur hiérarchique de Freddy Bontems, n'a jamais été confronté à des problèmes disciplinaires sur le lieu de travail. Ce collègue a aussi expliqué avoir été "étonné" d'apprendre que Freddy Bontems était décédé dans un contexte de bagarre