Luxembourg Les "têtes pensantes" ont-elles bien étudié le problème entre Arlon et le GDL ?

Le politique et le citoyen lambda ont parfois des interprétations différentes quand il s’agit de réaliser certains projets. Le dernier exemple en date vient de l’E411 et les travaux pour y réaliser une bande de covoiturage entre Arlon et la frontière grand-ducale. Le but étant de fluidifier le trafic et d’éviter les embouteillages journaliers. Quelques semaines après le lancement de cette bande, le problème de circulation est le même.

Il est expliqué par certains travailleurs frontaliers ? "Le trajet Habay/Leudelange ? Il me faut parfois presque 1 h 20 chaque matin. Il y a seulement 50 km", confie ainsi Olivier. Les travailleurs frontaliers en avaient déjà marre avant les travaux. Aujourd’hui, ils se posent des questions. "On se demande vraiment pourquoi ils ont fait ça. Nous, sur le terrain, on pouvait dire aux décideurs politiques que ce n’était pas la meilleure solution pour améliorer nos conditions. Je suis curieux de voir si les ministres qui ont pris cette décision ont, une fois dans leur vie, fait Arlon/Luxembourg ville aux heures de pointe", confie de son côté Rémi. "Je fais le trajet Neufchâteau/Strassen tous les jours depuis sept ans. Je peux vous assurer qu’entre 6 h 45 et 7 h 20 du matin, je n’ai encore jamais vu de véhicule emprunter la bande de covoiturage. Je me dis que je passe peut-être à la mauvaise heure pour en voir (rires). Mais quand je parle avec d’autres frontaliers, ils me disent la même chose alors qu’ils passent par là bien avant ou bien après moi. À quoi cela a-t-il servi de réaliser cette bande ? On est toujours autant immobilisé aux heures de pointe."

Du côté de la Sofico, c’est pour le moment le silence radio en ce qui concerne les chiffres. "La durée du projet est d’un an. Il est difficile de communiquer avant", nous dit-on. Il est en effet très compliqué de tirer des conclusions pour le moment, même si le démarrage de cette bande de covoiturage semble quand même discutable de ce côté-ci du pays. On rappelle que le trafic reste toujours compliqué dès que la frontière est franchie. Les autorités luxembourgeoises sont bien conscientes du problème. En principe, le GDL devrait faire les travaux nécessaires pour prolonger cette bande de covoiturage sur leur territoire. Mais la question est de savoir quand cela sera fait. D’ici là, les automobilistes peuvent encore prendre leur mal en patience chaque jour dans leur véhicule…

L.T.