Bastogne - Vielsalm Les premiers demandeurs d’asile devraient y être accueillis dans le courant du mois d’octobre

Le projet de réouverture d’un centre pour demandeurs d’asile dans les bungalows de l’OCASC, à Senonchamps (Bastogne), évoqué en décembre dernier, se confirme. Les premiers résidents devraient être accueillis dans ce lieu de villégiature appartenant à la Défense dans le courant du mois d’octobre.

Le site compte 28 chalets d’une capacité totale d’environ 200 places.

"La pression sur le réseau d’accueil reste élevée", explique Benoît Mansy, porte-parole de Fedasil. "Depuis plusieurs mois, la durée du séjour dans nos centres se prolonge et, pour garantir l’accueil de toutes ces personnes, il est nécessaire d’ouvrir rapidement des places. Il en faut environ 500 par mois."

Dans ce contexte, Fedasil vient de signer un contrat avec la Défense pour accueillir des candidats réfugiés dans deux centres de vacances de l’armée, à Senonchamps et à Spa. "Le site de Senonchamps, où 108 places sont disponibles, a déjà été utilisé, pendant quelques mois, lors de la crise migratoire de 2015", poursuit Benoît Mansy. "Sa réouverture est prévue, comme à Spa, pour une durée temporaire de six mois."

L’ouverture des deux nouvelles implantations a été confiée à une équipe expérimentée du centre Fedasil de Bovigny (Gouvy). "Il ne s’agit pas d’une nouvelle crise migratoire", indique Patricia Perrin, la nouvelle directrice du centre de Bovigny. "Le manque de places s’explique d’une part, par la fermeture de centres ces dernières années, d’autre part, par l’allongement de l’examen des dossiers par le commissariat général aux réfugiés en raison d’un manque de personnel. Les résidents restent plus longtemps dans les centres, soit en moyenne 16 mois au lieu de neuf".

Fédasil va recruter une vingtaine de collaborateurs pour chaque site. A Bovigny la capacité d’accueil va être revue à la hausse. Huit nouveaux collaborateurs seront engagés (Voir ci-dessous). Les offres d’emploi sont publiées via le Forem et sur le site www.fedasil.be

© DR

Nadia Lallemant