Opérationnel depuis le 9 décembre dernier, le parc de 480 modules batteries lithium-ion, dispose d'une puissance installée de 10 MW et d'une capacité de stockage de 20 MWh, ce qui en fait le plus important site de batteries en activité du Benelux en capacité de stockage. Il constitue en outre un des premiers parcs de batteries d'Europe offrant une capacité de restitution électrique de longue durée (de l'ordre de 120 minutes, soit 2 à 4 fois plus que les systèmes existants), permettant des activations beaucoup plus fréquentes et plus longues afin d'assurer l'équilibrage du réseau, a expliqué Bruno Vanderschueren, président du conseil d'administration du consortium EStor-Lux, réunissant notamment la SRIW, Ackermans & van Haaren, CFE ou encore Idelux.

Passé ces détails techniques, ce parc permet concrètement de répondre au besoin accru de flexibilité imposé par les énergies renouvelables, "fluctuantes et non parfaitement prévisibles". Dans ce cadre, les projets de stockage électrique par batteries ont en effet l'avantage, par rapport aux centrales de production au gaz, d'être plus réactifs (activation immédiate), de ne pas avoir de seuil de charge minimal pour fournir de la capacité de réglage et de ne pas émettre de CO2.

Selon ses responsables, EStor-Lux a ainsi permis, depuis son lancement il y a un peu plus de quatre mois, d'économiser quelque 40.000 tonnes de CO2 par rapport à une production de capacité équivalente fournie par des unités de production conventionnelles au gaz.

"Si nous voulons atteindre nos objectifs climatiques, nous devons évoluer vers un système flexible permettant de faire face à l'intermittence des énergies renouvelables. Les batteries offrent cette possibilité", a de son côté souligné la ministre fédérale de l'Énergie, Tinne Van der Straeten. "On a trop longtemps considéré l'énergie comme un problème à résoudre plutôt que de voir son potentiel incroyable. Mais le monde change. Avec cet outil précieux pour la transition énergétique, la province du Luxembourg a une innovation d'avance", a-t-elle ajouté.

"Ce parc est un projet phare pour l'environnement et l'économie. Nous sommes vraiment au cœur de la transition énergétique même si on sait que le chemin est encore long avant d'atteindre le 100% renouvelable", a renchéri le ministre régional de l'Énergie, Philippe Henry.
"Face à un monde qui change, il est important que nous ne restions pas immobiles", a enfin souligné le ministre wallon de l'Économie, Wily Borsus, paraphrasant Jacques Chirac. Saluant le succès du parc, "fruit d'un partenariat public-privé", et l'impact du coût de l'énergie sur les entreprises, il a assuré les responsables du projet "de la mobilisation très forte des outils économiques wallons". "La Région est aussi à disposition à travers ses outils dédiés à la Recherche", a-t-il enfin affirmé.