L’action Still Standing For Culture a mobilisé l’équipe du centre culturel de Bastogne. Des messages indiquant les lieux culturels essentiels, comme la maison des jeunes, le service d’aide en milieu ouvert ou encore l’école de musique ont été tagués à la peinture biodégradable.

"Nous dénonçons la distinction faite entre les secteurs essentiels et ceux qui ne le sont pas", a souligné Angélique Poncelet, directrice du centre culturel.  "En effet, cette gestion de la crise sanitaire entraîne la détresse et suscite la colère. Au travers de cette action, nous demandons que l’on arrête de stigmatiser notre secteur : ça suffit !"

Si le centre culturel a pu maintenir les activités pour les enfants, comme les stages et ateliers des vacances de carnaval, la plupart des animations destinées aux adolescents ont été annulées.  " Les jeunes sont en souffrance", poursuit-elle.  " Ils ont besoin d’éducation mais aussi de culture, de contacts sociaux et de moments de bien-être pour s’épanouir."

L’équipe est, elle aussi, mise à rude épreuve et attend avec impatience des jours meilleurs.  "Nos portes restent fermées au public", déplore la directrice. "On essaie de se réinventer sans cesse pour garder le cap en créant des tutos, par exemple pour le carnaval, en délocalisant des spectacles vers les écoles ou encore en accueillant les artistes en résidences mais, on s’essouffle sans perspective d’avenir."

Ce mercredi 24 février, une journée d’actions diversifiées est organisée par la Fédération des Maisons de Jeunes, notamment à Bastogne et dans d'autres villes de la province de Luxembourg.  " Cela fait des mois que les jeunes sont privés de leur jeunesse", déplore Cédric Garcet, directeur de la FMJ, dans un communiqué.  "Depuis quelques semaines, il semble que tout le monde s'en rende compte, et c'est tant mieux, mais les professionnels du secteur de la jeunesse tirent la sonnette d'alarme depuis longtemps et sont insatisfaits des maigres réponses apportées. Il est temps que le politique écoute ces professionnels et les jeunes ainsi que les solutions qu'ils peuvent proposer."