Lazar et Ruchla vivaient à Anvers avant la guerre avec leurs trois enfants, Régine, Miriam et Maurice. En 1942, toute la famille prend le train pour Namur où un rendez-vous a été fixé avec un représentant de la Croix-Rouge. Celui-ci les disperse pour les mettre en sécurité.

Régine, 7 ans, arrive à la ferme Mostade à Noville, près de Bastogne. Elle s’intègre très rapidement. Les six enfants de Pierre et Léa la considèrent comme leur petite sœur. Au printemps 1945, la fillette retrouve ses parents, son frère et sa sœur.

C’est pour avoir caché, hébergé et protégé un enfant juif, au péril de leur vie, que l’Institut Yad Vashem à Jérusalem a décidé de décerner le titre honorifique de "Justes parmi les nations" à titre posthume, à Pierre et Léa Mostade.

La cérémonie, organisée à l’initiative de l’ambassade d’Israël en Belgique, s’est déroulée mardi au Bastogne War Museum, en présence de Régine Feldman et des descendants de Pierre et Léa Mostade.

© D.R.

"Les Bastognards ont caché la fillette au péril de leur vie", souligne François Collard, responsable des événements au Bastogne War Museum. Le BWM a été choisi à la demande de la famille. En effet, Louis Mostade, un des enfants de Pierre et Léa, était un grand ami du musée. Sa vie est évoquée à travers le personnage d’Émile, enfant de 13 ans, dans le parcours de visite."

Le bourgmestre de Bastogne, Benoît Lutgen, a pris la parole à l’entame de la cérémonie. Il a mis en avant l’importance du devoir de mémoire, de la lutte contre le racisme, de la xénophobie et de l’antisémitisme à Bastogne. " La Ville peut être fière de compter parmi ses citoyens des gens et des familles aussi braves que les Mostade", a-t-il ajouté.

Amir Ofek, chargé d’affaires pour l’ambassade d’Israël, a remercié la famille pour le risque pris durant la Seconde Guerre mondiale. Il a ensuite remis le titre de "Juste parmi les nations" aux descendants de Pierre et Léa Mostade.