Au récent conseil communal de Bastogne, le bourgmestre Benoît Lutgen a proposé de voter, comme à Tenneville et à Houffalize, une motion pour le renforcement du personnel au sein du Département de la Nature et des Forêts.

La conseillère Jessica Mayon a rappelé que la députée-bourgmestre de Libin, Anne Laffut, était déjà intervenue à ce sujet au parlement wallon, soulignant que le manque de personnel posait un réel problème car les missions des agents du DNF étant très diversifiées, des choix doivent être opérés. Elle a ajouté qu’il était indispensable de valoriser le métier afin de pallier au manque de candidats.

Michel Staes, chef de file du groupe Citoyens Positifs, a rappelé que le problème de manque de personnel ne date pas d’hier et qu’un seul parti, en l’occurrence le CDH, a géré le DNF de 2004 à 2019. Il a précisé que son groupe soutenait la motion car, vu le nombre de personnes qui circulent en forêt, il est important d’assurer une surveillance du patrimoine forestier.

« J’ai été ministre de la Forêt de 2004 à 2010 », a rétorqué Benoît Lutgen. « J’ai revu le code forestier et supprimé les droits de succession afin d’éviter le morcellement de l’ensemble des parcelles et assurer plus de cohérence au niveau de la gestion en évitant la multiplication des propriétaires. A l’époque, on rencontrait déjà des difficultés liées au cadre. On avait recruté, mais on est face à une pyramide des âges qui fait qu’une génération s’en va. Il faut renforcer l’attractivité du métier. »

En réponse à l’intervention de Jessica Mayon qui insistait sur la nécessaire revalorisation de l’image du métier, le bourgmestre a annoncé que des projets très concrets de nature à valoriser le rôle des agents du DNF seraient proposés prochainement. La motion, adressée à la ministre Céline Tellier, a été approuvée à l’unanimité.

Toujours d’une voix unanime, les mandataires ont approuvé le soutien aux indépendants et aux commerçants par la suppression de certaines taxes et redevances dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19. L’échevin Bertrand Moinet a cité, en plus des taxes déjà supprimées au budget 2021, les débits de boisson, les terrasses et étalages ainsi que les marchés et places de kermesse.