La présence du Grand-Duc Henri de Luxembourg a été confirmée

Les préparatifs du 75e anniversaire de la Bataille des Ardennes se poursuivent au Palais royal et à la chancellerie du premier ministre, le service fédéral qui assiste la première ministre dans la coordination et l’exécution de la politique gouvernementale. À moins de 15 jours du week-end du Nuts, on en sait un peu plus sur la journée du lundi 16 décembre et sur les invitations qui ont été lancées.

La cérémonie fédérale de commémoration aura lieu en fin de matinée au Mémorial du Mardasson en présence de vétérans de la Bataille des Ardennes et de nombreuses personnalités dont nos souverains, la première ministre Sophie Wilmès, des représentants des institutions européennes ainsi que des chefs d’Etat ou de gouvernement (ou leurs représentants) des pays dont les troupes ont combattu durant la bataille.

"Le Grand-Duc Henri de Luxembourg sera présent aux côtés du Roi Philippe et de la Reine Mathildeˮ, confirme le porte-parole du Palais. "La France, l’Allemagne, les Pays-Bas, les Etats-Unis, le Canada et l’Angleterre seront également représentés. Les chefs d’Etat ont été invités mais ils n’ont pas encore répondu favorablement à l’invitation en raison de leur agenda qui peut varier d’un jour à l’autre. S’ils viennent, on ne le saura que 48 heures avant l’événement." ˮ

La cérémonie sera ponctuée de discours et de témoignages, de dépôts de fleurs, d’un Last Post, d’une minute de silence ainsi que d’un moment symbolique et artistique. "Le Roi et la première ministre prendront la parole ˮ, poursuit le porte-parole du Palais. "Il est également prévu que des autorités étrangères s’expriment. La cérémonie durera une heure."

Reste que des mesures de sécurité, sans précédent, ont été prises. Des caméras de surveillance ont été placées sous la houlette du commissaire André Mathieu, chef de corps de la zone de police Centre Ardenne. Un poste médical avancé sera installé à proximité du site du Mardasson. À la demande du gouverneur, les équipes de l’aide médicale urgente de l’hôpital de Bastogne seront mobilisées.

Nadia Lallemant