Un homme originaire de la région carolorégienne comparaissait mardi devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau pour entrave méchante à la circulation. Consommateur régulier de cocaïne pendant plusieurs années, le prévenu avait quitté les environs de Charleroi pour échapper à ses vieux démons. Mais ces derniers avaient fini par le rattraper.

L’homme de 33 ans était retourné dans le Hainaut pour s’approvisionner en drogue. Sous l’emprise des stupéfiants, il s’était engagé à contresens sur l’autoroute avant de provoquer un accrochage à hauteur de Libin. Après quoi il avait tenté de fuir à pied pour échapper aux forces de l’ordre, persuadé dans son délire qu’on voulait le piquer et que des gens de l’est cherchaient à l’enlever. "Monsieur aurait pu provoquer un drame. Les conducteurs fantômes, ça ne se termine pas toujours très bien", souligne le substitut du procureur Dimitri Gourdang.

Le prévenu semble s’être repris en main depuis lors. Le parquet réclame trois mois d’emprisonnement, 300 euros d’amende et une déchéance du droit de conduire.

La défense sollicite une peine de probation autonome ou un sursis. "La drogue lui faisait péter les plombs et le rendait paranoïaque", souligne l’avocate de la défense Mélina Orban. "S’il a tenté d’échapper aux policiers, c’est parce qu’il était persuadé qu’on voulait lui planter une seringue. Aujourd’hui, mon client est sur la bonne voie. Il travaille et vient d’avoir une petite fille."

Le prévenu ne nie rien des faits qui lui sont reprochés. Des faits qu’il regrette amèrement. "C’est terrible ce que j’ai fait", confie-t-il au juge. "Chaque fois que je passe au point de l’accident, je me dis que j’aurais pu enlever la vie à quelqu’un. Je me suis déjà fait du mal. Mais jamais aux autres."

Le tribunal prononcera son jugement le 6 juillet prochain.

Nicolas Poës