Bastogne - Vielsalm Le comité de défense de la Baraque de Fraiture vient de se constituer en ASBL.

Les opposants au projet de parc éolien à implanter dans le bois de Groûmont, à l’Est de l’autoroute E25 entre Baneux (Lierneux) et Fraiture (Vielsalm), restent mobilisés. Le comité de défense de la Baraque de Fraiture, dont la pétition a été signée par près de 800 personnes, vient de se constituer en ASBL. Il va poursuivre ses actions sous la dénomination A.D.R.B. (Association Défense Région Baraque de Fraiture). Ses objectifs ? " La défense de la nature en général et du biotope en particulier ", précise le porte-parole des opposants. " Nous nous battons pour le respect du patrimoine paysager, de l’agriculture, de la faune, du bien-être et de la santé des habitants et des touristes de cette région. " La nouvelle association s’oppose à l’éolien industriel, dont les mâts de plus de 180 m de haut détruisent, de par leur masse de béton, le patrimoine paysager ardennais. " Ces éoliennes industrielles menacent de s’étendre à toute la Haute Ardenne ", poursuit le porte-parole. " Il est question d’en implanter cinq dans le bois de Groumont mais aussi trois près de Xhoût-si-Ploût et trois à Bra-sur-Lienne, sans compter les implantations prévues à Trois-Ponts et à Francorchamps.

L’Europe réclame à la Wallonie une augmentation de sa production d’énergies renouvelables, mais certainement pas en détruisant les forêts et paysages remarquables. " Selon les opposants, la région risque un véritable enfermement de son espace au nom de prétextes écologiques. Ils réclament l’établissement d’un cadastre paysager préalable qui tienne compte de la préservation et de la valorisation des sites et attribue aux éoliennes industrielles des implantations plus appropriées. Le bourgmestre de Lierneux, André Samray, indique, pour sa part, que l’enquête publique relative à l’installation d’un mât de mesure du vent et de l’activité de l’avifaune est à présent clôturée. " Le mât devrait être installé d’ici la fin de l’année ", précise-t-il. " Les mesures dureront dix mois. Ensuite, Luminus introduira un permis de bâtir et le collège se positionnera sur le projet. "

Nadia Lallemant