Plusieurs familles se sont constituées parties civiles

Julien et Quentin, les jumeaux grièvement brûlés lors de l’explosion du 29 août 2017, à Bastogne, ont comparu, lundi, devant le tribunal de la jeunesse à Neufchâteau. Mineurs au moment des faits, ils sont tous deux poursuivis pour coups et blessures involontaires, dans le cadre de ce dossier, et pour d’autres faits qui remontent au mois d’avril 2017. Charlyne et Brandon, deux autres jeunes gens grièvement blessés, il y a deux ans, se sont constitués partie civile avec leurs parents. Tout comme quatre autres personnes préjudiciées.

Cette première matinée a été entièrement consacrée à l’instruction d’audience. Les jumeaux ont été réinterrogés sur l’enchaînement des faits dans la maison de leur grand-mère ce soir-là. Ils ont répété ce qu’ils avaient déjà expliqué aux enquêteurs à savoir qu’ils voulaient se préparer un repas et qu’ils étaient descendus à la cave pour changer la bonbonne de gaz. Après l’avoir purgée, ils n’avaient pas réussi à la refermer et en quittant la pièce, le contact avec un interrupteur avait provoqué l’explosion.

Au total, sept personnes avaient été blessées à des degrés divers et les dégâts matériels étaient importants. Charlyne passait dans la rue quand l’explosion s’est produite. Elle avait été projetée contre une voiture stationnée dans la rue du parc. Brûlée aux bras et au torse, elle souffrait aussi d’une fracture du fémur. Plongée dans le coma, elle avait été hospitalisée dans l’unité des grands brûlés à Loverval.

Les familles touchées par cette dramatique explosion n’ont pas encore été indemnisées pour les dommages corporels. Les responsabilités n’ont pas encore été établies. Que s’est-il passé dans la cave de cette maison il a plus de deux ans ? La bonbonne de gaz était-elle défectueuse ? La vérité judiciaire ne sera connue qu’au terme de la procédure au tribunal de la jeunesse. La prochaine audience a été fixée au 6 janvier 2020.

N.L.