Bastogne - Vielsalm Le permis d’urbanisme a été accordé. Le chantier se déroulera en deux phases

Le projet d’extension des cabanes de Rensiwez entre dans sa phase de concrétisation. Ce jeudi, le projet d’acte notarié qui porte, d’une part, sur la cession par bail emphytéotique des parcelles destinées à l’implantation des futures constructions, d’autre part, sur la mise à disposition de terrains pour mettre en œuvre les mesures de compensations environnementales, sera sur la table du conseil communal de Houffalize.

"Une décision de principe a déjà été prise sur le bail emphytéotique, la convention de mise à disposition et le retrait du régime forestier", précise le bourgmestre Marc Caprasse. "Cette fois, nous demandons l’accord des mandataires avant de signer les actes. Un comité d’accompagnement, composé notamment de Natagora et du DNF a été mis en place."

Rappelons qu’en août 2018 , Natagora, opposé au projet, avait obtenu gain de cause au conseil d’État. Le permis d’urbanisme délivré pour construire treize cabanes supplémentaires avait été suspendu. Deux rencontres avec le promoteur avaient permis de trouver un terrain d’entente. Une nouvelle demande de permis avait été introduite. Il vient d’être octroyé par l’urbanisme.

"Les craintes de Natagora portaient, d’une part, sur le précédent urbanistique en zone Natura 2000, d’autre part, sur le non-respect des mesures compensatoires" rappelle Olivier Berghmans, propriétaire. "Nous avons démontré que toutes les mesures prévues pour favoriser la biodiversité seront bien appliquées."

Tous les obstacles ayant été levés, le promoteur a établi le calendrier des travaux. "Une passerelle en bois sera installée cet hiver", poursuit-il. "L’an prochain, le chantier se déroulera en deux phases. Les huit premières cabanes seront construites au printemps. Les cinq autres seront érigées en automne. Si tout se déroule comme prévu, les travaux seront terminés fin 2020."

Cette extension générera cinq nouveaux emplois et permettra au promoteur de pérenniser ses activités. L’engouement des touristes pour les 16 cabanes existantes est tel qu’il faut réserver plusieurs mois à l’avance pour les occuper le week-end.

Nadia Lallemant